Archive for mars 2008

Ouaïte Poher

mars 31, 2008

A force de parler du sexe des anges, l’on finit par couper les poils de cul en quatre.

Depuis que la question « Qu’est-ce qu’être Français ? » a été battue en brèche sous les effets concomitants d’un droit du sang perdu au profit de celui du sol, de « valeurs » républicaines dont le prix aura été de dévaluer mille cinq cents ans d’histoire et, last but not least, d’un relativisme ambiant tenant lieu de pensée dominante, la nationalité est accordée plus généreusement qu’un droit d’entrée dans une boîte de nuit, de nouveaux arrivants font valoir que leurs origines culturelles, ethniques, pourtant fort éloignées des nôtres, les prédisposent à être aussi Français que nous, et nos propres concitoyens certifiés AOC sont subitement pris d’un doute quant au bien-fondé de leur identité.

Depuis peu, le terrain de l’identité s’est déplacé – replacé serait plus exact – à un niveau régional. Idiots utiles de l’entreprise Européenne ™ de destruction des nations, les Zids jouent de cette carte ancienne qui a l’avantage de préserver un enracinement géographique et culturel dans un cadre appelé à disparaître. Avantage relatif quand on connaît la conception « régionaliste » d’un Breton fier de l’être comme Morvan Lebesque ou quand, à l’instar d’Alain Soral, on peut croiser un maghrébin se définir Berrichon sans l’ombre d’un sourire chez les deux interlocuteurs.

N’épiloguons pas sur le terreau culturel, historique, religieux, puisque on se fait fort de nous rappeler que, remué sans cesse depuis les origines, il a fatalement perdu tous ses minéraux d’origine. Se définir catho fait ainsi hausser les sourcils des parpaillots – qui ont pour eux le bon goût, et la prudence, de ne pas nous bassiner avec la Saint-Barthélemy – se gausser les païens fraîchement convertis – qui ne connaissent souvent de Stonehenge ce que leur octroie Gougueule image quand ils l’orthographient correctement – lever le doigt avec insistance les juifs – surtout d’Afrique du Nord – et pétitionner les athées laïcards – qui n’ont pas besoin d’être franc-mac pour savoir que c’est mal. Et n’oublions pas le premier accessit décerné aux mahométans qui savent depuis Chirac que « les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes ».

Que nous reste-t-il ? Être Français, qu’est-ce à dire ? Normands ? C’est la branche Provençale de la famille qui râle. Européens, alors ? Mais de quelle Europe, celle du Cap Nord à la Cappadoce ?..

Blancs, donc ?.. Passons sur les anicroches à la Henri Salvador, et admettons que c’est le plus petit dénominateur commun. Seulement viendra le moment où, face aux évidences, on nous demandera de nous déterminer par rapport à une mire et alors, adieu Berthe !

Enfin, quand cette question sera définitivement réglée, et qu’il n’y aura plus de nationalités, ni même de peuples, l’on peut s’attendre à ce que la nouvelle mode introspective s’attaque à l’identité sexuelle. Ayant pris conscience que nous étions des nomades apatrides sans le savoir, il sera temps de se demander si nous ne sommes pas des transsexuels qui s’ignorent.
———————————————————————————————————

Exercice pratique de citoyenneté du monde.

Votre cousin Auvergnat en I est-il plus franco-européen que votre épicier Berbère en F ?

degrade-gris.gif

———————————————————————————————————

« Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture greque et latine, et de religion chrétienne. »

« Pour moi, l’histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L’élément décisif pour moi, c’est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l’histoire de France à partir de l’accession d’un roi chrétien qui porte le nom des Francs. « 

Adolf H.

Charles De G.

Je sais, je sais (Jean M. alias Jean G.), il faut aussi tenir compte du fait que :

« L’homme blanc est mort à Stalingrad »

Louis-Ferdinand C.

Suicides sur ordonnance

mars 30, 2008

Pour développer mon pénultième post, j’estime que ces gens qui militent pour l’euthanasie « remboursée par la Sécu », comme je la qualifie, veulent tous les avantages pratiques du suicide * sans les inconvénients moraux .

Étant assisté dans mon exécution – de fait, me donné-je réellement la mort ? là est la question – je n’ai pas à encourir le risque d’un dossier chargé au jour du Jugement Dernier : tout laïque incroyant que je suis, je mets quand même les chances de mon côté et, mine de rien, me décharge sur celui qui m’aura envoyé ad patres. Curieux comme certains principes moraux touchant à l’existence et à son caractère sacré ont la vie dure, même chez les plus publics des libre penseurs. Et quels meilleur moyen de s’en affranchir qu’en cherchant à légiférer sur leur abolition ?

Témoin sur France Inter, hier, au cours d’une émission dont il était l’invité, François de Closets qui a pu, sans contradicteurs, élever la voix et faire de grands gestes indignés avec les bras pour dénoncer le scandale de l’« agonie obligatoire ».

Selon lui, la morale commune voudrait que l’on ne sût mourir sans souffrir, ce qui expliquerait pourquoi une injection de chlorure de potassium encourrait des poursuite au Pénal pour fait d’euthanasie quand une sédation, dont les effets ne sont pas immédiats, l’en absoudrait. Au nom de quoi, en effet, sinon d’un obscurantisme médiéval je suppose, dénieront-on le droit de mourir en douceur ?

Ce « scandale » serait d’autant plus grand, poursuivait-il, qu’il aurait cours dans notre « République laïque » (sic). Je… fais plein de choses pas très propres sur celle-ci – tout en considérant, nolens, volens, qu’elle une évolution politique de facto de l’ histoire de notre pays : on peut être radicalement contre le régime républicain français, nier sa légitimité, on peut difficilement nier sa réalité – mais les questions d’éthique que Closets feint d’ignorer fussent-elles – et elles le sont toutes – des reliquats de la religion catholique, ne me semblent pas a priori incompatibles avec la République laïque. A moins de considérer qu’elle n’en est encore qu’à un stade juvénile de son développement totalitaire, ce que je crois, mais c’est un autre débat.

Quoi qu’il en soit, je ne connaissais pas l’existence de ce pseudo-précepte religieux sur les conditions de notre remise de l’âme à Dieu – nul n’a vocation au martyre, ni à souffrir de la sorte – mais je constate qu’on est en train de mettre sur le même plan le droit à la douceur dans tous les instants de la vie, surtout ceux qui échappent à notre contrôle, avec les avantages pratiques que confèrent l’amélioration du conditionnement des paquets de café. L’accès au Paradis garanti par l’ouverture facile, ça c’est de l’avancée ! Du reste, le même argument de confort prévaut pour le recours systématique à la péridurale, voire la césarienne. Ainsi, la souffrance serait obscurantiste, réactionnaire, misogyne et, n’ayons pas peur des mots utilisés à tort et à travers : catholique.

Je me permets de rappeler que si les douleurs de l’accouchement ont bien un fondement théologique – (Gn., 3, 6), mais puisqu’on ne croit pas en Dieu, hein ? – elles ont aussi une cause physiologique élémentaire dans lequel le Droit Canon n’y est pour rien – je ne vais pas vous faire un dessin. Pourtant, et je parle en toute connaissance de cause, subordonnée à une préparation, une mise en condition attentive, la douleur n’est ni une fatalité, ni une obligation. Bien accompagnée par une sage-femme qui sera présente et aux manettes le jour de l’accouchement – c’est encore un luxe mais, financièrement mieux prise en charge, ce serait une mesure plus incitatrice et utile que la thalassothérapie – une mère peut et sait s’en passer. Ensuite, s’il y en a qui préfère accoucher d’un enfant comme on télécharge un gros .pdf, c’est leur choix…

Pareil pour le passage de vie à trépas. S’il existait un procédé  imparable, absolu, garanti ou remboursé dix fois son prix, de tuer sans souffrance aucune un être humain, on l’aurait sans doute trouvé depuis le temps que l’homme exécute ses semblables par tous les moyens techniques, mécaniques, agricoles ou scientifiques dont il dispose. Enfin, tant qu’il ne s’agite pas dans tous les sens en hurlant comme un goret, les bonnes âmes sont rassurées : il n’a pas souffert. En tout cas, ça ne se voyait pas, et c’est tout ce qu’on lui demande.

J’ai assisté à l’agonie de ma grand-mère, j’étais présent quand un prêtre Basque lui a accordé l’extrême onction quelques heures avant sa mort, en lui parlant avec confiance de Dieu, de Jésus-Christ et de la Saint Vierge avec des mots apaisants, plein d’espoir et d’amour. Je ne sais si elle a souffert – je ne crois pas, étant sous morphine – mais je puis dire qu’elle est morte en paix avec infiniment plus de dignité que ceux qui préfèrent être piqués comme des animaux.

——————————————————————————————————————–

(*) Quitte à défendre ce droit, et être cohérents, que ne réclament-ils pas la levée de l’interdiction qui pèse toujours sur « Suicide, mode d’emploi » ? Assortie d’une interdiction de vente aux mineurs, cela va de soi. Ce sera toujours plus prudent et moins compliqué à mettre en œuvre que de leur ôter de l’esprit et de l’âme ce désespoir qui les pousse à se flinguer de toutes les manières, quitte à emporter quelques-uns de leurs camarades de Lycée au passage, comme cela tend à devenir la mode.

Apprenons le geste qui sauve

mars 30, 2008

Rappel de quelques petits principes de prudence élémentaire pour éviter de laisser des – trop grosses – traces de doigts partout :

– Ayez toujours une ou plusieurs adresses courriel alternatives, que vous utiliserez dès que vous envoyez de vos nouvelles à quelqu’un d’autre que papa-maman (gmail, yahoo, hotmail, la poste etc. en fournissent gracieusement) ;

– si vous devez vous inscrire à un forum, n’hésitez pas à abuser des adresses jetables (mailinator.com for instance) ;

– dans l’idéal, changez de service pour vos différentes adresses, ex. : monvrainom@truc.com et monpseudo@bidule.net ;

– les adresses de boulot ne concernent QUE le boulot. Même – et surtout… – si vous êtes l’unique employé d’une TPE ;

– n’enregistrez pas les mots de passe d’accès aux sites, fora, blogs persos sur votre ordinateur (évitez autant que faire se peut de les inscrire sur des post-it collés sur votre écran) ;

– ne rentrez pas votre nom de famille sur les sites de généalogie (demandez les informations directement à celle de vos tantes dont c’est le passe-temps) ;

– ne vous inscrivez pas à Fesse Bouc sous votre véritable patronyme. Même pour voir ;

– en règle générale, ne donnez aucun renseignement personnels exacts, pas même votre date de naissance, quand vous remplissez les champs d’informations ;

– supprimez vos cookies au moins une fois par jour (moyen mnémotechnique : avant de vous brosser les dents) ;

– pour les très grands paranos, n’envoyez et ne consultez les courriels de votre adresse bis qu’en ligne (ne configurez pas ce compte sur votre ordi par apple mail, windows mail, entourage, thunderbird…) et via un anonymyzer ou un proxy. Depuis un cyber café c’est encore mieux ;

– le nec plus ultra étant encore de ne pas se servir du ouaibe…

*
*    *

Connectés comme nous le sommes via une box ™ unique, il est patent que nos Fournisseurs d’Accès à Internet et à la Boîte À Cons peuvent établir le relevé détaillés de nos connexions, comme de notre zapping, sans rien dire des coups de fils passés. Je ne me suis pas penché sur la question, j’imagine que ça doit encore coincer aux entournures à cause de ce Judenrat des libertés informatique qu’est la CNIL, mais il est évident qu’à terme, si ce n’est déjà fait, Médiamétrie et consorts n’auront plus besoin d’équiper leurs panels d’équipement spécifiques : leur propre télécommande suffira amplement, pour prendre un exemple trivial. Quant à toutes les autres conséquences, en terme de discrétion de plus en plus relative des communications que nous pouvons espérer preserver par l’entremise des services de GrandFrèreTelecom, je vous laisse le soin d’y songer tous seuls. Vous êtes grands.

Me fait penser que j’ai un brouillon qui traîne sur les dangers du ouaibe, concernant l’addiction, l’illusion platonicienne de la réalité et l’accès spectaculaire à l’information. Quand je viendrai à bout de ma cossardise, je mettrai alors la dernière main à cet exercice de style conspirationniste que j’ai déjà intitulé « Protocoles des Sages de l’Internet ». Le titre claque bien et me permet de prendre date, le cachet du post fera foi en cas de litige ou plagiat (Tu parles, Charles !).

telegrammevoisindepalier.jpg

Godwin *, bientôt prix Nobel de médecine ?

mars 26, 2008

Petite information apprise sur le forum de Desouche. Je vous épargnerai les mauvaises comparaisons sur le thème d’une n’ième histoire Belge : cette variation dans le « débat » sur l’euthanasie – dont les discussions ont pris un tour européen ™ – n’est que la bande-annonce d’un futur projet de loi. Ou, restons optimistes, n’est qu’un franchissement de borne pour mieux asseoir la nécessité de légiférer en faveur de l’euthanasie des vieux.

L’Open Vld annonce de nouvelles initiatives en vue d’étendre la loi sur l’euthanasie aux enfants et aux personnes âgées en état de démence, éventuellement avec une majorité de rechange. C’est ce qu’indiquent mardi les journaux De Standaard, Het Nieuwsblad, Het Volk et De Morgen. Le Premier ministre Yves Leterme (CD&V) ne les arrêtera pas.

Le week-end a été marqué par des critiques émanant du monde catholique, notamment via l’homélie de Mgr Danneels, à la suite de l’euthanasie dont à bénéficié l’écrivain flamand Hugo Claus. Après qu’Etienne Schouppe (CD&V) ait laissé entendre qu’il existe un gentleman’s agreement au sein de la majorité pour ne pas polémiquer sur des dossiers éthiques, le chef de groupe Open Vld à la Chambre, Bart Tommelein lui a répondu qu’il n’y a rien dans l’accord gouvernemental sur ces questions. « Nous chercherons, en tant que groupe libéral, des majorités parlementaires là où c’est nécessaire ». M. Tommelein pense à une extension de la législation sur l’euthanasie aux mineurs et aux déments.

Le porte-parole du Premier ministre, Yves Leterme, a admis que le CD&V ne peut rien contre la recherche d’une majorité alternative par les libéraux en vue d’une extension de cette loi. Paul Wille (Open Vld) annonce d’ores et déjà qu’il sortira du tiroir au Sénat les propositions sur une extension de l’euthanasie aux mineurs et aux personnes en état de démence. « Je ferai de mon mieux pour convaincre aussi des sénateurs CD&V », précise-t-il. (belga)

(Suivez la direction de la baguette de sourcier)

(*) Le Godwin du point éponyme, bien entendu.

« Tu n’es pas ton travail »… mais quand même…

mars 26, 2008

Une brève réflexion de Zentropa sur le boulot. Cavalier solitaire et élégant du ouaibefacho, allant son petit bonhomme de chemin, jamais un mot plus haut que l’autre, égrenant ses pages d’illustrations et de citations précieuses zé variées tel un petit poucet semant avec soin son savoir amassé, il a été l’une de mes plus anciennes étapes de pérégrin du clavier. Sa constance, en ces contrées où les villes champignons laissent parfois place aux villes fantômes avec la soudaineté d’une averse de grêle au mois de mars, me rassure.

Afin de ne pas me limiter à faire le coucou dans son article, j’ajoute que, pour ma part, et quels que soient les nombreux emplois sérieux ou estivaux que j’ai occupé, j’ai toujours eu à l’esprit de ne jamais avoir honte de ce que je pourrais faire. Je dois cependant confesser une incartade à ce principe, bien qu’à mon corps et ma volonté défendants. Pas même bachelier à l’époque, répondant à une annonce aussi brève qu’alléchante de boulot de vendeur faisant miroiter des pourcentages séoudiens, je me suis retrouvé à placer des héliogravures à des gens sans le sou que je bombardais de bobards, dans des cités HLM de villes de la grande banlieue parisienne aux noms chargés d’histoire. J’ai tenu une journée. Il m’est arrivé depuis de négocier et d’obtenir de très confortables salaires auprès d’employeurs qui en avaient les moyens pour des travaux qui ne les valaient peut-être pas – juste retour des choses par rapport à des situations contraires – mais je me suis juré de ne plus jamais gagner de l’argent en l’extorquant aux pauvres.

Sinon, de manière plus éthique encore, dans la présente voie qui est la mienne où je suis amené à relayer ou faire passer des « idées », je peux toujours, avec une certaine fierté, si, si…, me regarder dans la glace en me disant que pas une fois j’ai commis quelque chose, ou m’en suis rendu complice, qui soit contraire à mes principes.
Après, la vie, c’est autre chose, mais là-dessus, dans ce domaine au moins, non.

———————————————————————————————————–

« Le rendement prévu et le degré de risque ne peuvent être les seuls critères pour un investissement, le choix d’investir en un lieu plutôt que dans un autre, dans un secteur de production plutôt que dans un autre, est toujours un choix moral et culturel. » (Doctrine sociale de l’Eglise, « Epargne et consommation »)

« Si le martyre représente le sommet du témoignage rendu à la vertu morale, auquel relativement peu de personne sont appelées, il n’en existe pas moins un témoignage cohérent que tous les chrétiens doivent être prêts à rendre chaque jour, même au prix de souffrances et de durs sacrifices. » (Jean Paul II)

Ces deux sentences, qui peuvent aisément sortir du cadre de la religion et servir de préceptes à toute éthique militante, montrent bien que notre activité économique et donc professionnelle n’est pas, ne peut pas être, « neutre ».

Les métiers que nous occupons représentent, tout du moins en termes de temps consacré, une part considérable de nos jours. Comment pourrions-nous être autre chose que d’inutiles tartuffes si ces emplois contredisent radicalement, par leur nature, leurs expressions et leurs conséquences, les engagements et convictions que, parallèlement, nous prétendons avoir ? Quel sens autre que celui de ridicule gesticulation peut avoir le collage anticapitaliste ou la conférence sur la justice sociale du week-end si le reste de la semaine est consacré, plus de 40 ou 50 heures, à être le serviteur empressé de la finance ou de la publicité ?
Il n’y a pas d’efficacité politique sans cohérence personnelle.
« Il faut bien vivre ! » s’exclame le chœur des prétendus pragmatiques. Certes. Mais à qui fera-t-on croire qu’aujourd’hui en France la seule alternative possible est entre l’école de commerce et la misère noire, le master en marketing et le trottoir, la fusion-acquisition et la roulotte ?
Même si toute activité salariée est susceptible d’induire un certain nombre de compromis, il subsiste néanmoins indiscutablement des professions qui, à défaut d’être toujours absolument dignes, restent néanmoins décentes (enseignement, recherche, artisanat, agriculture, commerce individuel…) tandis que d’autres, participant activement à la défense et la consolidation du système, sont abjectes par nature et peuvent être assimilées à des actes de collaboration (publicité, finance, télévision, grande distribution…).

Pour être clair, on peut faire proprement ou salement de l’agriculture mais on ne peut faire que salement de la « vente de téléphonie mobile » ou du placement de « crédits à la consommation » puisque l’objet même de l’activité est ignoble.
Et qu’on ne vienne surtout pas parler « d’entrisme », ce mot inventé pour justifier son goût pour le confort et les dorures du système et qui n’a jamais eu d’autres résultats que le développement de l’embonpoint de ses promoteurs.
JesusFranco

Lundi de…

mars 24, 2008

 

resurrection-2.jpg

 

resurrection-1.jpg

Mais l’ange prit la parole et dit aux femmes :

« Ne craignez point, vous : je sais bien que vous cherchez Jésus, le Crucifié.

Il n’est pas ici car il est ressuscité, comme il l’avait dit. »

Mt., 28,  6-7

Maths modernes et matières premières

mars 13, 2008

Sachant qu’un baril de pétrole brut dont le prix tourne autour de 100 $ contient grosso modo l’équivalent de 300 pintes et que le litre de super est servi 1,50 € à la pompe ; sachant d’autre part que le porc sur pied se négocie à à 1,20 € les deux livres et que le jambon en tranche se vend dans une fourchette de 20 à 40 € le kilo, il ressort, sur la base d’1 € à 1, 50 $,  que le jambon a un coût de fabrication 26 à 53  fois plus élevé que le litre de carburant après raffinage, pour un prix de matière première au départ égal à un peu moins du double.

Il y a certainement une morale à tirer de cela, je ne l’ai pas trouvée, et je m’en fous un peu. Mais ça fait quand même cher…

Le visage de Vercingétorix a été reconstitué!

mars 2, 2008

Sub est en mode « VIP » depuis presque un an, c’est à dire que seuls les détenteurs de la carte de membre qui n’ont pas effacé leur cookies sont habilités à poster. Conditions de plus en plus draconiennes qui, rajoutées au manque de contradicteurs, refroidissent plus d’une ardeur.

À la suite d’une fausse manœuvre ou d’un acte de repentance nostalgique, le Bureau de Sub a levé la grille quelques jours, au tournant du mois de Mars. Trois trolls et autant de vieux habitués ont joué à l’anesthésiste avec ce forum plongé dans un coma végétatif. L’expérience n’ayant pas été jugée concluante, le ménage a été fait et les catacombes rescellés. Par précipitation ou manque de discernement, un post de Néron en a fait les frais. Un post à sa manière, plein de haine, d’ironie et de jonglage adroit avec les sujets d’actualité qu’il eut été regrettable d’abandonner aux limbes.

————————————————————————————————————–

Après des années de recherche, Yves Coppens et Marek Halter sont parvenus à reconstituer le visage de Vercingétorix.
Faisant suite à la diffusion officielle du portrait robot de notre héros national, le président Sarkozy a réuni une commission chargée de restaurer dans la conscience populaire notre négritude bafouée par deux mille ans de colonisation gréco-latine. Après avoir initialement protesté contre l’enseignement obligatoire du wolof, Simone Veil s’est dite finalement convaincue du bien fondé de cette mesure, à condition que locuteurs du lingala ne se sentent pas exclus par une réforme aussi abrupte. Pour faire bonne mesure, les émissions des chaînes publiques seront donc sous-titrée dans cet idiome tant apprécié dans les quartiers populaires.
Rama Yade s’est elle aussi emparée du dossier et a convoqué sans délai l’ambassadeur d’Italie afin d’exiger réparation pour le calvaire infligé à son ancêtre gaulois. Face à l’urgence, Louis Schweitzer, président de la Haute Autorité pour la Lutte contre les Discriminations et l’Exclusion a mandaté Dieudonné pour aller faire du testing dans les pizzerias de la capitale. La chaîne de restauration « Le Bistrot Romain » a été condamnée pour incitation à la haine raciale et va devoir changer d’enseigne. Carole Bouquet et Gérard Depardieu se sont proposés pour racheter l’ensemble des établissements pour un euro symbolique.
Par ailleurs, l’ouvrage révisionniste « La guerre des Gaules » a été saisi et passé au pilon. La FNAC l’avait déjà retiré de ses rayons dès les premières rumeurs. Son auteur qui n’est autre que Julius Caesarius est en fuite. Un mandat international a été lancé à son encontre par madame Carla del Ponte. L’arrestation de quelques 3287 professeurs de latin n’a pas encore permis de retrouver sa trace, tant les témoignages divergent. Serge Klarsfeld, a entrepris de traquer le criminel de guerre, de manière totalement désintéressée puisque la prime promise pour sa capture sera intégralement reversée à une fondation d’aide aux avocats nécessiteux que préside son épouse. Après avoir visionné en compagnie d’experts l’accablant documentaire « deux heures moins le quart avant Jésus-Christ », le célèbre justicier a démontré que les allégations de Tite-Live ne sont qu’une ruse grossière destinée à dissimuler la cavale de l’empereur déchu sous une abracadabrante histoire de parricide.
A l’occasion de sa nomination comme secrétaire perpétuel de l’Académie Française, Stéphane Pocrain, fondateur du Comité Représentatif des Associations Noires, a annoncé la suppression immédiate des sinistres pages roses du dictionnaire, dont « les maximes latines sont l’écho d’une domination culturelle intolérable ». Christiane Taubira a renchéri en réclamant que l’ensemble de l’ouvrage soit passé au crible afin d’effacer toute trace de la langue de l’ancien occupant. A l’issue de cette indispensable cure de jouvence, il devrait nous rester près de cent vingt mots d’usage courant, ce qui est plus que suffisant pour retrouver un niveau de civilisation compatible avec notre lignage et facilitera l’apprentissage du français par les nouveaux immigrants.
En visite au Parc Astérix en compagnie du couple présidentiel, Madame Condoleeza Rice a procédé à l’inauguration d’un mémorial que les enfants des écoles devront impérativement visiter pour voir leurs études validées. Ces dernières seront d’ailleurs raccourcies à trois ans, ce qui permettra de réduire le nombre d’enseignants et livrera sur le marché du travail une main d’oeuvre apte à relancer la croissance sans attendre ce que Jacques Attali appelle « cette première vieillesse qu’est la puberté ». Ce dernier a félicité le président Sarkozy pour le nouvel élan qu’il a su insuffler à « une France décomplexée qui renoue avec ses belles racines humanistes ».

vercingetorix-noir.jpg