Archive for décembre 2008

I wish you a Merry Christmas and a Happy New Year

décembre 24, 2008

L’expression « fêtes… de fin d’année » était un raccourci qui sous-entendait Noël et le Nouvel An. Dans le meilleur des cas, on vous souhaitait volontiers de bonnes fêtes de Noël. Quoique la Saint Sylvestre – qui nomme encore de la sorte le 31 décembre, au fait ? – était une fête d’adulte et le réveillon de Noël, une fête de famille empreinte de mystère et de sacré dont la messe de Minuit constituait le point d’orgue (avec ou sans.  Les orgues…). Cette distinction allait cependant de soi, même si on pouvait déplorer cette paresse des mots.

Aujourd’hui, il est patent que cette périphrase est voulue dans le but d’éviter de faire mention de Noël. Au mieux, si on peut appeler cela « mieux », Noël est laïcisé à outrance. On n’en conserve que les symboles les moins religieux, ou vidés de leur substance : outre le sapin désormais présenté comme un objet de consommation saisonnier, on parlera de Père Noël, de rennes, de lutins, de bonhomme de neige, d’étoile peut-être, mais en tant qu’élément de déco. Et encore, devant la concurrence effrénée de sorcières de Noël et autres Noël mandingues (sic…), il a du soucis à se faire, Santa Claus.

En revanche, toute référence religieuse est bannie et la Nativité du Fils de Dieu, sciemment occultée. Je le redemande chaque année, combien de crèches pouvez vu dénombrer dans les vitrines de magasins ? Celles qui restent entières, du moins, pas comme en Belgique ou à Pont-à-Mousson. Et si l’exercice vous semble trop périlleux, essayez de trouver plus d’une carte de vœu souhaitant un Joyeux Noël avec une image de la Sainte Famille au lieu d’un bonhomme de neige ivre mort.

Je ne sais ce qu’il en est en province, mais à Paris vous pouvez vous accrocher pour lire un « Joyeux Noël » illuminé suspendu d’un côté à l’autre d’une rue, quand ceux-ci étaient banals il y a encore quinze ans – je sais, c’est un siècle.

Autre signe d’une évolution dont je n’avais pas pris la mesure : les rues commerçantes autrefois animées de chants de Noël, sont de nos jours désespérément silencieuses. Je n’oserais plus espérer un « Il est né le Divin Enfant », mais même un guilleret « Vive le vent d’hiver » aurait fait l’affaire. Et quand je dis « autrefois » je précise que je suis quadragénaire, et n’ai pas l’âge de Mathusalem. Croisons les doigts pour qu’il ne vienne pas à l’esprit d’un abruti producteur de dix, genre fils de Président, l’idée de faire un… Non, je n’ai même pas envie de le dire.

Joyeux Noël à tous, à vos familles, à vos proches.

http://www.deezer.com/track/we-wish-you-a-merry-christmas-T325946

Croule Britannia

décembre 16, 2008

L’ennemi, ce ne sont pas que les nwârlézarabeémêmeléchouifs. L’ennemi est plus diffus, l’ennemi, c’est tout ce qui concourt à notre ruine et nous entraîne dans la mort spirituelle, avant tout.


Words associated with Christianity and British history taken out of children’s dictionary

Words associated with Christianity, the monarchy and British history have been dropped from a leading dictionary for children.

Oxford University Press has removed words like « aisle », « bishop », « chapel », « empire » and « monarch » from its Junior Dictionary and replaced them with words like « blog », « broadband » and « celebrity ». Dozens of words related to the countryside have also been culled.

The publisher claims the changes have been made to reflect the fact that Britain is a modern, multicultural, multifaith society.

But academics and head teachers said that the changes to the 10,000 word Junior Dictionary could mean that children lose touch with Britain’s heritage.

« We have a certain Christian narrative which has given meaning to us over the last 2,000 years. To say it is all relative and replaceable is questionable, » said Professor Alan Smithers, the director of the centre for education and employment at Buckingham University. « The word selections are a very interesting reflection of the way childhood is going, moving away from our spiritual background and the natural world and towards the world that information technology creates for us. »

(article du Telegraph du 8 Décembre 2008)

Quequ’z’uns ici ne jaspinant pas le rosbif, je vous la fais courte. Dans son édition 2008 de son dictionnaire pour la jeunesse – l’équivalent du Larousse Élémentaire – Oxford University Press a, comme à l’accoutumée, accueilli un certain nombre de mots nouveaux, tels que MP3, bande passante, copier-coller, dyslexique, euro, sens commun ou tolérance. Mais – par manque de place, coût du papier, poids des livres dans les cartables ?.. – cela s’est fait au détriment d’un paquet d’autres et pas des moindres. En particulier, c’est le sens du chapeau de l’article, par tout ce qui avait trait à la chrétienté et l’histoire du royaume de Grande-Bretagne – ce qui, au pays de « Dieu et mon Droit », la fout mal…

Exeunt donc, abbaye, autel, chapèle, couvent, monastère, moine, nonne, péché, psaume, saint, vicaire, etc et diable par conséquent, tandis que nain, elfe et gobelin sont priés d’aller se faire pendre ailleurs que dans la patrie de Tolkien.

Gui, houx, et chant de Noël passent évidemment à la trappe tandis que couronnement, duc, duchesse, empereur, empire, monarque sont proprement décapités.

Sans oublier, mais là, ça doit être l’effet du réchauffement climatique ou l’apparition de nouvelles espèces prédatrices, je suppose, castor, sanglier, cochon d’inde et hamster, pélican, huître, grive, belette, roitelet, j’en passe et de quoi remplir le zoo de Berlin.

Comme il va de soi que les enfants ne mangent plus qu’au McDo, il sera donc inutile de leur encombrer l’esprit avec des mots ineptes tels que amande, abricot, lard (bacon !.), chou-fleur, menthe, épinard, radis ou même porridge.

Si vous avez faim d’horreur, il en reste encore un plein garde-manger *

La grande déculturation atteint un niveau apocalyptique et criminel. Est-il besoin de préciser que tout ceci qui se passe au grand jour, chez nos voisins, sous nos yeux en somme, est mené dans l’optique de, je cite : « refléter le fait que la Grande-Bretagne est une société moderne, multiculturelle et multi-cultuelle » ?

Rappelez-moi de pendre le dernier de ces lexicographes avec les tripes du dernier des immigrationnistes.

———

(*) Pour les feignasses bilingues, la liste des mots retirés :

Carol, cracker, holly, ivy, mistletoe

Dwarf, elf, goblin

Abbey, aisle, altar, bishop, chapel, christen, disciple, minister, monastery, monk, nun, nunnery, parish, pew, psalm, pulpit, saint, sin, devil, vicar

Coronation, duchess, duke, emperor, empire, monarch, decade

adder, ass, beaver, boar, budgerigar, bullock, cheetah, colt, corgi, cygnet, doe, drake, ferret, gerbil, goldfish, guinea pig, hamster, heron, herring, kingfisher, lark, leopard, lobster, magpie, minnow, mussel, newt, otter, ox, oyster, panther, pelican, piglet, plaice, poodle, porcupine, porpoise, raven, spaniel, starling, stoat, stork, terrapin, thrush, weasel, wren.

Acorn, allotment, almond, apricot, ash, bacon, beech, beetroot, blackberry, blacksmith, bloom, bluebell, bramble, bran, bray, bridle, brook, buttercup, canary, canter, carnation, catkin, cauliflower, chestnut, clover, conker, county, cowslip, crocus, dandelion, diesel, fern, fungus, gooseberry, gorse, hazel, hazelnut, heather, holly, horse chestnut, ivy, lavender, leek, liquorice, manger, marzipan, melon, minnow, mint, nectar, nectarine, oats, pansy, parsnip, pasture, poppy, porridge, poultry, primrose, prune, radish, rhubarb, sheaf, spinach, sycamore, tulip, turnip, vine, violet, walnut, willow

et rajoutés :

Blog, broadband, MP3 player, voicemail, attachment, database, export, chatroom, bullet point, cut and paste, analogue

Celebrity, tolerant, vandalism, negotiate, interdependent, creep, citizenship, childhood, conflict, common sense, debate, EU, drought, brainy, boisterous, cautionary tale, bilingual, bungee jumping, committee, compulsory, cope, democratic, allergic, biodegradable, emotion, dyslexic, donate, endangered, Euro

Apparatus, food chain, incisor, square number, trapezium, alliteration, colloquial, idiom, curriculum, classify, chronological, block graph