Archive for the ‘J’aime beaucoup ce que vous faites’ Category

Moins plus plus égale mieux

août 16, 2013

[Avertissement ! En raisons de cette foutue largeur de colonne incompressible inextensible, le résultat publié est infiniment moins séduisant que sur l’interface de rédaction. Navré. N’avez qu’à vous en prendre à qui vous voudrez : Hollande, Taubira, maître Vergès, les frères Muslmans ou les Chouifs…. En attendant, cliquez sur les images, elle sont mieux en grand]

Donc, disais-je, moins plus plus égale mieux.

Tenez par exemple…

Vous allez me dire que c’est vieux, toussa. Prenons plus récent, mais avec une donnée de départ encore plus difficile  :

ou encore :

Ça fonctionne.

En revanche, le résultat se gâte totalement quand on inverse les propositions ; ainsi plus plus moins égale moins que zéro… :

ou :

Merci à MeuCeu et Zemon

Ça faisait en réalité très longtemps qu’elle m’avait déjà lâché moi

mai 17, 2012

Il y a à peine une semaine, Xyr  publiait « C’est l’histoire d’un mec« , manifeste qui a connu un succès certain au point d’être repris çà et là.

Un des se lecteurs lui a répondu en pondant un texte analogue, tout aussi splendide avec cependant une nuance de taille : le sang-froid de celui qui sait précisément qui il est, d’où il vient, comment il en est arrivé là et n’a rien à prouver. La plume de Fromage+  trempée dans l’encre de Stag, si vous voulez. Ou d’autres – libre à vous de vous référer à vos éditorialistes imaginaires préférés qui, sans vous offrir des radio-réveils contre un abonnement, ni attendre un kopeck de votre temps de lecture, nous ont, par leur talent, leur rage et leur honnêteté, infiniment mieux accompagné dans le spectacle de dissection de notre époque que leurs homologues salariés de la presse dite écrite dont la tâche aura consisté à servir du bromure à des trépanés trente ans durant.

Le fait est qu’il ne s’agit pas d’un billet publié dans un bleaugue, mais d’une correspondance, d’où l’affranchissement des obligations scripturales publiques qui permet, quand on en a le talent – et le sien n’est pas donné tout le monde – , d’exprimer parfois avec plus de clarté ce que l’on a sur le cœur. 

L’autre singularité de ce texte, enfin, qui le distingue des  virages d’opinion habituels, est l’absence d’expérience traumatique qui a présidé au décillement de son auteur. À l’instar des comateux que ni choc, ni plongée dans l’eau froide ne pourront réveiller, il semblerait qu’il s’en soit sorti.. tout seul. C’est rassurant pour le présent – l’avenir, on aura le temps de voir.

Leur créature leur a échappé. Mieux, elle ne fait plus peur aux enfants…

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
/* Email reçu après la publication de l’article « C’est l’histoire d’un mec… » */

Salut.
Je me permet de te tutoyer, on a peut-etre le même age, à quelques années près.
Je les découvre après la bataille tes textes.. C’est bien écrit, ta sincérité, ta colère prend aux tripes, j’aurais pu en écrire certains paragraphes au mot près, il y a quelques années… C’est toujours très étrange de se reconnaitre dans les mots, dans le vécu d’un autre. Je ne vais pas m’étendre, mais l’enfance gauchiste, les manifs anti-lepen, tes références culturelles, sociales, c’est de l’ultra familier pour moi. Et puis j’ai débarqué à Paris Nord et j’ai vécu la. Trop longtemps.
Y a deux ans, j’avais envie de tout défoncer, j’écrivais des tas de textes comme le tien (en moins bien surement, mais avec la même colère).
Depuis quelques mois, je m’en fous. J’ai pris le parti d’attaquer le seau de pop-corn en attendant tranquillement le point de non-retour, tout en prenant soin de me mettre à l’abri, c’est bien la seule chose de concrète à faire. J’ai même définitivement renoncé à ouvrir ma gueule en public sur le sujet, ça ne sert à rien.
Aucun compte à rendre hein, aucun. Tu sais quoi ? Plus je lis les éditorialistes et les sociologues nous dresser le portrait type du « facho » qui vote pas comme il faut, et plus je me marre, car j’en suis très probablement l’antithèse la plus absolue, mon boulot, mon apparence, mes gout, mon style de vie, ma bibliothèque et mes opinions même, rien de rien, ne me rapproche de près ou de loin des conneries qu’on lit ici et la…C’est une force, sans doute que d’être mésestimé à ce point, et je les emmerde. ON les emmerde. A vrai dire c’est presque une jouissance que de les voir se planter autant. Et d’imaginer qu’ils se prendront un jour toutes les réalités qu’ils nient dans la gueule, comme un boomerang.
Aucun compte à rendre.
Se justifier de « pas etre facho » ? Ça sert à rien. L’imbécile se raccroche à ce mot comme le chien hargneux à son nonos, le mot en lui-même fait office d’argument pour celui qui en manque cruellement par ailleurs. Le débat est stérile. T’as forcément perdu, t’es pas d’accord avec l’imbécile, t’es un facho. CQFD Ca sert à rien de rentrer la dedans.
Se justifier de fréquenter Fdesouche ? Ça sert à rien non plus. Sur ce site, y a de tout, des bas du front à qui on ne confierait même pas un poisson rouge à garder, et des gens épatants, so what ? L’imbécile ne comprend pas que c’est la nature même des espaces de liberté que d’y rencontrer de tout, puisque la liberté, il connait pas. Il est vain d’expliquer à l’imbécile qu’un peu d’esprit critique et de raison, permet de s’y retrouver, de faire le tri et d’y prendre et d’y rejeter ce qu’on veut, autant dans les articles que des les commentaires. Car l’imbécile qui n’est doté ni de l’un ni de l’autre n’y parvient pas, alors il s’obstine à censurer, parce que c’est plus simple. L’imbécile est persuadé que s’il casse le thermomètre, la fièvre s’en ira. Il en est persuadé.
Se justifier de trouver que la vie a Multikultiland c’est pas si enrichissant que ça, mais c’est un peu beaucoup naze en fait ? Ça sert à rien. Le bien-pensant de service te fera un superbe collier en perles de morale, enfin pas longtemps, parce qu’a quatre heures faut pas qu’il rate le train, il visite une chouette maison, dans l’est de Paris, ouais ouais, il quitte le 18ème, parce que tu vois, avec la p’tite qui rentre à l’école et tout ça, enfin tu vois quoi. Mais si tu vois, arrête tes sous-entendus, avec Cécile, on adooorait la vie à Barbès, c’est juste que… oh et puis tiens… Dis donc t’es pas un peu facho sur les bords toi ? Hein ? Hein ?
L’habitude. On s’y fait, a ces gens-la, comme au reste. J’ai appris à en rire, vu que je suis littéralement cerné. L’hypocrite dans ce genre-la, finalement, c’est un gars ou une nana qui ressens les choses comme toi, mais qui n’assume pas encore, parce que le déclic est pas arrivé.
Faut pas se justifier, ça ne sert plus à rien. Le fossé se creuse.
Fous-toi à l’abri tranquillement mais surement, assures-toi un avenir, ici ou ailleurs, parce que c’est à ça que ça sert, d’ouvrir les yeux. Blinde-toi des remarques, des cons, prend la vie avec humour, parce qu’a ce degré de connerie générale, vaut mieux en rire qu’en pleurer et je te passerais les pop-corn.
T’as fais des études, t’as un bon job ? Pars… Va à la rencontre des peuples européens, et tu verra, que les identités sont fortes, vivaces, qu’elles sont aimées, revendiquées… Tu entendra, partout la même rage, partout la même colère, partout les mêmes inquiétudes de la Finlande à La Grèce, de la Lituanie à l’Espagne, et tu mesurera ce que les débats franco-francais ont de ridicule, de borné, a quel point les médias, les intellectuels, les politiques sont à coté de la plaque. Les mêmes débats partout, les mêmes. L’islam, l’immigration, la violence, la régression sociale, culturelle, partout… C’est à la fois vertigineux et terriblement fascinant. Ce qui se passe est inédit par l’ampleur, c’est pas une putain d’anecdote dans notre histoire, c’est fondamental, et ça dépasse de très loin le cadre de nos frontières à nous. Les imbéciles qui ramènent la question au FN n’ont rien compris, le FN c’est rien, c’est une goutte d’eau… Le multikulti ne prend pas, nulle part, personne n’en veut. La propagande ne fonctionne pas, les hypocrites font semblant, mais ils n’en veulent pas non plus, surtout pas pour eux, ni pour leurs enfants. Le décalage est trop fort, ça craque de partout.
Le postulat de départ « méconnaissance = peur = rejet » est faux, archi_faux, c’est l’imposture ultime. On peut savoir et connaitre et rejeter en même temps. On prend les gens pour des cons, le mépris est immense.
Encore une fois, c’est étonnement sans fin pour moi, que de les voir se planter autant. Les discours, les éditos, les articles, c’est du vent, déconnectés des réalités, de l’idéologie pure dont personne ne veut pour soi. Du vent. Du vent terrifiant, mais du vent. Les donneurs de leçons se lisent entre-eux, se parlent entre-eux, le peuple s’en fout et le décalage est immense. Mieux vaut en rire, pour l’instant, tellement c’est grotesque.
Une erreur dans le système, j’aime la formule, mais s’ils savaient, le nombre d’erreurs dans le système…
Je continue de lire Desproges avec passion, de remplir ma bibliothèque de BD de Gotlib et d’Edika, ma discothèque de musique psychédélique et punk en même temps, de vivre pied-nus, à la baba-cool parce que j’aime ça, de fumer un joint de temps en temps pour me détendre, pas trop souvent, de me marrer devant la classe américaine si typique de l’esprit canal qui a bercé mon enfance, de me gaver des grands artistes soul (et noirs !) américains que je vénère, de me passer un disque des Clash, ou de NTM quand j’ai envie, de lire Fluide Glacial et les vieux numéros de Hara-Kiri que ma mère m’a refilé, d’écouter Renaud de passer du temps sur le web, à regarder films et séries, plutôt que devant une télé que j’ai jeté depuis des années. Je n’ai aucun ouvrage traitant de la seconde guerre mondiale dans ma bibliothèque, à part le journal d’Anne Frank. Je les emmerde, j’emmerde la gauche, j’emmerde les donneurs de leçons, j’emmerde les bien-pensants. On peut me traiter de n’importe quoi et même du pire, plus rien ne m’atteint, je sais ce que je suis, je sais ou j’en suis, je sais précisément ce que je veux, et ce que je ne veux plus. Je veux vivre et élever mes enfants dans la culture occidentale, moderne, nourrie d’idéaux de progrès, de sérénité, d’égalité, et de respect. Je veux me tenir loin des fanatiques, des idéologues, des totalitaires, des censeurs, des puritains. Et des faux-culs.
J’ai grandi dans une famille ou on m’aurait allongé une baffe direct si j’avais osé dire une phrase de travers sur un noir ou un arabe. J’ai passé huit ans de ma vie dans un quartier « multiculturel » ou j’ai entendu un nombre incalculable de saloperies inimaginables sur les femmes, les homos, les juifs… Comme jamais auparavant je n’en avait entendu dans ma vie. C’est aussi cette bêtise crasse, cette violence gratuite, cette mentalité abrutie et rétrograde avec laquelle je ne me sens rien en commun que je fuis, que je vomis, et je n’en ai pas honte.
Les vieux cons ultra-conservateurs et vétérans de la cause qui se la jouent sur Fdesouche, on s’en tape aussi. L’important c’est d’être conscient, de savoir, de pas être un putain de mouton, mais de regarder les choses en face pour s’y préparer.
J’ai lâché la gauche le jour ou j’ai réalisé qu’elle ne regardait plus les choses en face, mais ça faisait en réalité très longtemps qu’elle m’avait déjà lâché moi.
Bref. Au plaisir de te lire encore sur ce blog.
Bonne continuation.

Perdu pour perdu

mai 2, 2012

…autant se faire plaisir

[© Loyola, avec la touche de savoir-faire de Tursiops]

Il paraît que ça s’appelle un mème, sans accent circonflexe *, d’après la presse écrite en ligne qui continue de penser qu’internet  ça va, ça vient, mais comme on ne peut plus faire sans, on fera avec mais qui continue de pontifier sur des pratiques vieilles comme le post avec la fatuité d’un scientifique qui pense que l’objet de sa recherche n’existait pas tant qu’il ne l’avait pas découverte, ni ne lui avait donné de nom.

* Mes différents dicos intégrés ne connaissent pas (‘ faut dire que même « courriel » leur a longtemps semblé un gros mot). Peut-être qu’il figurera dans la v. 15 de Firefox…

Ragoût de sanglier et piquette

décembre 10, 2010

[Où il sera assez peu question de sanglier en définitive, mais le titre devait annoncer ma seule expérience et répondre à un vieux post avant que je ne m’aperçoive que tout le fil de cette conversation méritait de figurer ici. Grâce en soit rendue aux différents acteurs de ces navrants témoignages de la faiblesse humaine.

À leur santé !].

Tout les journaux là dessus, bordel… 10/15 cm de neige, et « Paris » est paralysé. Quelle bande de pattes à ressorts, ces parigots.

Un ami d’un voisin village était justement passé, hier…midi moins le quart…Je lui colle une anisette dans le gésier, et puis une autre, parce que sans être Rapy, le gaillard a une belle contenance.

Le groin en l’air, il hume la belle odeur de tripes que Mme le vieux, restée sur un échec cuisant (c’est le moins que l’on puisse dire ! ) la semaine passée, à voulu remettre au plat du jour. 10h qu’elles mijotent, et « il y gouterait bien »… (aux tripes, pas à Mme le Vieux).

J’essaie comme je peux de le dissuader en lui faisant remarquer que les tripes ne sont pas le fleuron de Mme le Vieux, mais, tact et délicatesse, qu’on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise… Vexée comme un poux, Mme sort immédiatement une assiette supplémentaire. J’essaie encore en lui faisant remarquer qu’il s’est mis soudainement à tomber des flocons gros comme des vaches et si collants qu’ils « tiennent » immédiatement au sol ! « Tu es sûr que tu pourras rouler pour rentrer chez toi ? »… Comme il répond que « oui, bien sur » je l’invite bien volontiers à partager les audaces acharnées de Mme…

Pire que Côte-Rôtie ! il en reprend 3 fois, ce con…Il me mange tout mon repas de demain (encore meilleures réchauffées)…Perfidement, je lui sort une canette que nous avons depuis des années, non pour la faire vieillir, mais parce que personne ne s’est jamais décidé à gouter à un truc pareil…à ce « vinho alentejano tinto » made in Portugal. Le breuvage est entre la confiture de cassis et le madère. Il n’y a pas une seule autre canette à la maison, et « il préfère encore ça à de l’eau »… Le glouton a aussi droit à une morceau de fromage tout racorni par le chauffage qui turbine à fond la caisse; mais là encore, il souligne « que c’est l’intention qui compte » et que ca lui rappelle des petits crottins corses gros comme des pièces de 2 euros apres avoir sèché 10/12 ans !

Comme toute initiative un tant soit peu humaine est impitoyablement châtiée en ce bas monde, en représailles, il nous invite pour le lendemain soir, à bouffer chez lui… J’aime pas sortir le soir.

La couche de neige atteint maintenant 10 bons centimètres, lorsqu’il se remet au volant. Peut-être une toute petite chance d’échapper au repas de demain soir ? (il n’a pas de pneus « contact »)..
© Le Vieux

Envoie ton rouge portos je vais te dire ce que j’en pense.

La première fois que j’ai sifflé du rouquin portos c’était faute de mieux. J’arrive chez un pote, grosses moustaches, le quintal, solide culture classique, boxeur de haut niveau, bon musicien, plus ivrogne que moi à l’époque (quelques années) et lui dit, « Jojo j’arrive pas les mains vides ». Le pif nous a fait la première partie de l’apéro tant il passait bien.
Nous faisions des essais : pelures d’oranges vertes mises dans du whisky de seconde zone (Glenfidich). Bof.
On s’ennuyait ferme le dimanche. C’était boire ou baiser. Lui était marié moi pas. Il buvait plus que moi je baisais plus que lui.
Une impression de vide immense. Un truc à rendre fou, alcoolos, dépressifs les moins charpentés du bulbe.

Un jour nous avons trouvé un exutoire : la cueillette des ananas dans la brousse. Puis, un dimanche, autour d’un verre un troisième larron a prononcé le mot « chasse ». Un quart d’heure plus tard le nez piqué de vin, boîtes de bière dans les poches, flingues en main sommes partis tirer des pigeons et des chauve-souris.
Revenus bredouilles, plus cuits qu’au départ.

Le temps passant ça devenait sérieux. Un gars sur le toit de la cabine du pick-up toujours bourré, ça tirait de partout. Ça devenait compulsif. On s’arrêtait pour l’apéro du dimanche soir au gré des déplacements chez des hôtes complaisants connus pour aimer la bouteille.
© La Rapière

Je te la siffle à la paille, ta topette ! On fait, chez les Porcs Tout Gays, du rouge qui colle aux papilles comme du réglisse, l’image de la confiote est particulièrement bien trouvée tant c’est en trois dimensions. Du picrate pour bourrins, pas cher du tout, 0% de prestige, ça atteint facilement ses 14,5° – l’équivalent vinassier de l’Amsterdamer des pounques !
Mille fois ça plutôt que les Aloxe-Corton 2000 qu’on m’a offerts récemment, et qui n’auraient pas eu plus de personnalité, de complexité ou de finesse si on les avait reconverti en sangria !
Arrière, vile Bourgogne ! A moi, le Douro !
© Génération Perdue

Un peu pareil. Nous étions allé déjeuner dans un.. Comment définir l’endroit ? Une sorte de ferme auberge dont la spécialité était le sanglier qu’ils élevaient plus ou moins eux-même. Un semi bout du monde de Haute-Provence, la salle de restaurant était vaste et meublée de longues tables que l’on ne voit plus que dans le Seigneur des Anneaux, et ouvrait sur une vue splendide, mais en messieurs bien élevés nous en laissâmes la jouissance aux dames.

Dans le ragoût, noir comme du coke un soir sans lune, surnageaient de grosses rondelles de carottes dont l’orange se détachait telles des balises.

Nous commandâmes du vin, qui nous fut servi sans cérémonie dans des carafes de verre blanc. À la première gorgée, les messieurs s’étranglèrent et les dames tournèrent de l’œil.

J’ai déjà bu des vins dégueulasses (les Cévennes sont championnes en ce domaine), ou de la saloperie ordinaire de restaurants en chaîne spécialisés dans la boustifaille carnée avec des petits drapeaux dans l’assiette mais celui-ci était inouï.

Certes imbuvable au premier abord, du genre à créer un incident diplomatique lors d’un dîner d’étudiants fauchés autour de spaghetti à la carbonara ratées, j’ai fait fi de mes a priori et voulu en savoir plus. Le vin s’apparentait en fait à ces individus mal dégrossis, abîmés par l’existence mais entiers et sincères que le hasard de la vie peut vous faire rencontrer et apprécier le temps d’une soirée, dans un lieu improbable et souvent pourri. Il exhalait la même authenticité que Quasimodo : une bonne nature qui ne voulait de mal à personne et faisait du mieux qu’il pouvait malgré les tares qu’ils se trimballait depuis la naissance. Et à cet égard, s’est révélé bien plus sympathique que nombre des ses congénères élevés en batterie en fûts de chêne.

Le sanglier et lui ont pris langue, ils devaient se connaître parce qu’ils ne se sont rien dit de fâcheux et, tandis que je m’enivrais doucement tout en déjeunant, j’avais le sentiment de faire un repas moyenâgeux dans le fief d’un petit seigneur de province reculée.
© ma pomme…

Moi j’aime le résiné .
Djadjiki , tarama , souvlaki . 


Un coup d’Uzo et envoie le résiné … 

Je regarde les ânes qui trottent , un vieux compte son chapelet d’ambre en buvant du Mastic , le pélikan entre dans l’église , d’un coup d’ailes il éteint les cierges , le Pope le poursuit furieux . 


Un souvenir de jeunesse .
© Landru

Vade-mecum du bordel

novembre 7, 2010

[« Bréviaire du chaos » était déjà pris, tant mieux, et pour le titre, le contenu et la pérennité de l’ensemble – je parle bien sûr de Caraco. Mais pour éviter que ce blogue n’aille rejoindre le cimetières des carcasses échouées, il faut bien lui faire prendre l’air, quitte à caboter nonchalamment ; d’où cette compilation de quelques lieux communs personnels. Vous trouverez de plus patentes démonstrations de cette énergie du désespoir (c’est « énergie », le mot important, surtout) qui caractérise tant la fachoréacoréinfoHLPSDNHmosisi… oh merde ! sympatochesphère, tiens !. chez MM. french carcan, Stag aka GIpi, fromage+, Ivane, même qui, s’il date un peu, a entr’ouvert le temps d’un billet sa loge de diva, la fine équipe du Cigibi, le drôle d’oiseau qui prend son pied et bien sûr le Michel Drac’s workship, pour ne citer qu’eux. ]

Autrefois, les enfants rythmaient leur marche en égrenant leurs doigts aux grilles des squares, de nos jours ils évitent les barrières de protection Decaux contre lesquelles ils risqueraient de se blesser.

Les grilles des squares par ailleurs dessinées comme des pilums d’apparat quand, aujourd’hui, le nec plus ultra du « mobilier urbain » serait réformé par l’armée pour inesthétisme patent si on les proposait comme défense anti-char.

Ce sont parmi les plus rétifs à reconnaître les différences entre les races que l’on trouve les plus grands laudateurs de la diversité.

Confusion des genres : être Français – être UN Français.

« La France a toujours été une terre d’immigration »
Comment se fait-il que nous ne soyons pas tous noirs ?

Les grandes écoles et les universités prestigieuses sont l’école hôtelière de l’hyper classe : des fabriques à loufiats de luxe.
Certains parvenant à finir concierges de palaces, cela donne aux autres le courage de continuer à faire les chambre.

J’aime mon époque moins qu’hier et plus que demain.

Nous en voulons à notre époque de nous avoir rendus incapable de transmettre l’espoir à nos enfants.
Et par « époque » nous entendons ces ordures de la génération précédente qui ont délibérément joui du déclin provoqué de leurs successeurs.

Le sentiment d’être séparé d’un océan de merde par un polder dont chaque moellon saute l’un après l’autre…


J’ai parfois le sentiment qu’il s’agit d’une page cachée de l’Apocalypse qui nous est donnée à vivre mais qui a été cachée par Lucifer ou par Dieu pour nous punir.

La Rapière

Il m’arrive moi aussi parfois mais de plus en plus fréquemment de ressentir le Mal à l’œuvre. Il ne peut pas s’agir que de effet de l’histoire, du cours des choses, de l’évolution de nos sociétés, en d’autre termes, ce ne peut être humainement de notre seule responsabilité.

Et ce qui me tue, c’est l’aveuglement et la surdité volontaires de mes contemporains. Ce refus de réaliser, parce que cela briserait le voile de leur assurance que tout ne va pas si mal.

Brûle Babylone, brûle !

juin 15, 2010

[Un constat épique et enlevé signé Landru. ]

Tout est contaminé par un champignon fuligineux , tout est moisi , la France est malade jusqu’au coeur , de ses familles décomposées , de ses mômes camés , de ses commerces faillis , de ses rues taguées . Ce pays est devenu dégueulasse , les gens eux mêmes sont dégueulasses au propre comme au figuré , on se marche dessus , on se vole , demain on s’entretue . Une poubelle , une immense poubelle qui pue la mort , il faut ouvrir les yeux , les gamins se distribuent des coups de surin comme on se disait merde et pendant ce temps des tarés abolissent la fessée ! Putain de décalage , non ? On te verbalises pour une clope et à cent mètres ça deale de l’héro . Tu vas devant les tribunaux pour avoir écrit “tapette” et à coté on distribue des stages d’insertion à des cambrioleurs professionnels . Tout est faux , les chiffres officiels , les statistiques , les sondages , peut être même les élections , de toutes façons si c’est pas truqué en aval ça l’est en amont par la sidération médiatique . Les enfants des riches se barrent tandis que leurs pères expliquent aux chomeurs que tout va bien , il faut juste se serrer la ceinture . On distribue du pognon qu’on a pas , en prévision d’impôts sur des activités qu’on délocalise ou qu’on exécutent fiscalement . Il faut Bac plus cinq pour conduire un tram et les mecs qui le font se font pogromer tout en continuant à se syndiquer chez les défenseurs de leurs agresseurs . Partout des clodos , partout des visages hostiles , des flics aigris qui se vengent de leur ulcère , des ratamars improbables avec des gueules à enlever Pinocchio , des épouvantails d’un mètre vingt venus du fond des marais moldaves pour laver absolument ton pare-brises contre ta volonté , des poufs des antipodes qui godillent en dandinant tout en hurlant dans des portables , avec des derches immenses et qui poussent des brouettes de mômes qui te regardent étonnés avec l’air de se dire “qu’ est ce qu’il fout là celui-là ” , d’autres plus grands qui tiennent les trottoirs et qui te matent comme s’ils allaient te bouffer . Des barbus du douzième siècle en grosses cylindrés allemandes qui maitrisent la technologie . La télé qui gueule , avec les mêmes gueules , des clowns aux salaires de chirurgiens du cerveau , ce qu’ils sont d’ailleurs tant ils nous mangent la tête . Une vie de travail à deux pour avoir une boite à godasses en béton et huit mètres carrés de gazon . Des serpents de gens épuisés qui passent aux caisses avec des chariots de bouffe insipide au prix du platine , de la bidoche pleine d’eau mais égorgée rituellement , des tomates avec des gênes de souris , des sodas avec vingt sucres par verre , des patates qui clignotent quand elles ont soif ., de l’eau du robinet sous plastique , des yaourts qui guérissent du cancer .Adam et Eve qui regardent les clowns de la télé . Eve qui se fait avorter . Adam qui se fait métrosexuel . Caïn qui filme le meurtre d’ Abel avec son portable . Esaü qui bouffe des lentilles OGM et hydroponiques . Des fous qui restaurent la tour de Babel avec le sang des peuples comme mortier . La maison n’a plus ni portes ni fenêtres , ceux qui y vivent croient qu’elle est chauffée en fait c’est le toit qui brûle .

BRULE BABYLONE BRULE !

Morts pour un conglomérat

janvier 7, 2010

« La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble.

Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage. »

Eric Besson, ci-devant Ministre de l’Immigration et de l’Identité Nationale du Conglomérat National, dans des propos tenus à la Cité des 4000, équivalent dans son esprit a ce qu’a été Villers-Cotterêt pour François Ier.

Illustration volée sans son autorisation à Waterman, chez Desouche.

Ticket chic, ticket choc

novembre 3, 2009

 

 

[Une production frenchcarcan, le dialecticien audiovisuel qui casse des briques]

Halde

janvier 28, 2009

Somptueux coup de gueule de Taranis chez Desouche qui se passe de tout commentaire.


Regardez-moi cette bande de pines d’huîtres et de connasses frigides et ménauposées, mélange grotesque de milliardaires douteux et d’ex-syndicalistes dont plus personne ne savait quoi foutre, de grabataires pisseux à sonotone et calvitie, de rastaquouères à chevelure prolifique et de collectioneuses de coléoptères ; cette bande ignoble de ringards vivant hors du temps, bétail élevé hors sol, mais dotés des pouvoirs de la Gestapo doublés de l’arrogance humanitaire abbépierresque. Eh bien ce sont ces marginaux méprisables mal finis qui ont la responsabilité de dire aux Français avec qui ils doivent vivre et travailler, à qui ils doivent confier leur patrimoine, qui ils doivent accueillir en priorité chez eux. C’est Louis Schweitzer le voyou milliardaire sans scrupule qui va aller expliquer au retraité de 65 ans avec ses 1100 euro de pension mensuelle qu’il ne doit pas refuser de louer le F2 qu’il s’est payé après 40 ans de turbin au premier pygmée qui passe avec ses 4 femelles et sa tribu de 18 gosses. C’est Nicole Notat la parasite professionnelle, vieille bique auto-satisfaite, qui va faire condamner le prolo à 15 000 euro d’amende et 6 mois avec sursis parce qu’il aura refusé de prendre un musulman comme apprenti dans sa charcuterie qui lui rapporte 2000 euro par mois. C’est cette bande de collabos exécrables surpayés avec nos impôts qui va ruiner une agence immobilière et ses 6 employés parce que son directeur aura conseillé à un client d’éviter de louer son appartement à un Malien, après 28 expériences malheureuses du même genre. Ces apprentis totalitaires sont les pires ennemis du peuple, l’union enfin ouvertement consommée de la gauche humanitaire et du grand patronat, qui non contents de nous faire vivre dans une société qui n’a plus de sens ni plus de fondements, voudraient encore nous ôter le droit de nous arranger au mieux en préservant le minimum. Inutile de dire que tout cela n’ira pas bien loin et qu’on ne peut pas tout saccager trop longtemps sans avoir à le payer soi-même.

Ça s’en va et ça revient

octobre 8, 2008

Le Bal Des Dégueulasses est de retour depuis samedi dernier après s’être fait longtemps désiré, tandis que Zentropa tire sa révérence et file à l’italienne *. [Z. est revenu – depuis longtemps, mais les mises à jours, vous savez… – c’était un faux-départ]

Le premier refait la peinture et met de l’ordre,

quand le second laisse derrière lui – espérons-le – un vade mecum de l’action et de la réflexion.

* D’un autre côté, on ne pourra pas se plaindre qu’il nous ait pris par surprise, si on lit entre les lignes. Mais quand même, ça fait chier.

Zentropa

– Ha, Poutine n’a pas été mauvais sur la Géorgie !

– Tu parles comme un journaliste du Monde qui fait de Medvedev la marionnette de Poutine !

– N’empêche qu’ils s’en sont bien sortis ! Quel pied de nez au monde occidental inféodé à l’Oncle Sam !

– Tu ne peux pas dire ça, l’intégrité territoriale est sacrée !

– Et le précédent du Kosovo ?

– Paie ton argumentaire ! A base de relativisme, je dis : c’est pas propre !.

– Surtout ne pas tomber dans le piège du droit des peuples !

– Bien sûr ! D’ailleurs je suis en train de rédiger un grand article qui va définitivement régler la question des Balkans dans nos milieux !

– En parlant de l’ingérence d’Israël j’espère !

– Bien entendu, mais sans pour autant tomber dans un tropisme pro-palestinien…

– Et sinon, combien d’affiches collées cette semaine ? Combien de télés cassées ? Combien de frères secourus ? Combien de séances de sports ? Combien de visites aux vieillards isolés ? Combien de veillées ? Combien de chants ? Combien de poèmes créés ? Combien de légumes bio récoltés ? Combien de travaux ? Combien de restaurations ? Combien d’enfants ? Combien de prières ? Combien de dons ? Combien de concerts organisés ? Combien de mains tendues ? Combien de commerces alternatifs ?…

– Heu… Qui est-ce qui t’a invité toi déjà ?

http://zentropa.splinder.com/post/18435661/Impuissance