Archive for the ‘Nous sommes tous des Européens’ Category

Moins plus plus égale mieux

août 16, 2013

[Avertissement ! En raisons de cette foutue largeur de colonne incompressible inextensible, le résultat publié est infiniment moins séduisant que sur l’interface de rédaction. Navré. N’avez qu’à vous en prendre à qui vous voudrez : Hollande, Taubira, maître Vergès, les frères Muslmans ou les Chouifs…. En attendant, cliquez sur les images, elle sont mieux en grand]

Donc, disais-je, moins plus plus égale mieux.

Tenez par exemple…

Vous allez me dire que c’est vieux, toussa. Prenons plus récent, mais avec une donnée de départ encore plus difficile  :

ou encore :

Ça fonctionne.

En revanche, le résultat se gâte totalement quand on inverse les propositions ; ainsi plus plus moins égale moins que zéro… :

ou :

Merci à MeuCeu et Zemon

Ça faisait en réalité très longtemps qu’elle m’avait déjà lâché moi

mai 17, 2012

Il y a à peine une semaine, Xyr  publiait « C’est l’histoire d’un mec« , manifeste qui a connu un succès certain au point d’être repris çà et là.

Un des se lecteurs lui a répondu en pondant un texte analogue, tout aussi splendide avec cependant une nuance de taille : le sang-froid de celui qui sait précisément qui il est, d’où il vient, comment il en est arrivé là et n’a rien à prouver. La plume de Fromage+  trempée dans l’encre de Stag, si vous voulez. Ou d’autres – libre à vous de vous référer à vos éditorialistes imaginaires préférés qui, sans vous offrir des radio-réveils contre un abonnement, ni attendre un kopeck de votre temps de lecture, nous ont, par leur talent, leur rage et leur honnêteté, infiniment mieux accompagné dans le spectacle de dissection de notre époque que leurs homologues salariés de la presse dite écrite dont la tâche aura consisté à servir du bromure à des trépanés trente ans durant.

Le fait est qu’il ne s’agit pas d’un billet publié dans un bleaugue, mais d’une correspondance, d’où l’affranchissement des obligations scripturales publiques qui permet, quand on en a le talent – et le sien n’est pas donné tout le monde – , d’exprimer parfois avec plus de clarté ce que l’on a sur le cœur. 

L’autre singularité de ce texte, enfin, qui le distingue des  virages d’opinion habituels, est l’absence d’expérience traumatique qui a présidé au décillement de son auteur. À l’instar des comateux que ni choc, ni plongée dans l’eau froide ne pourront réveiller, il semblerait qu’il s’en soit sorti.. tout seul. C’est rassurant pour le présent – l’avenir, on aura le temps de voir.

Leur créature leur a échappé. Mieux, elle ne fait plus peur aux enfants…

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
/* Email reçu après la publication de l’article « C’est l’histoire d’un mec… » */

Salut.
Je me permet de te tutoyer, on a peut-etre le même age, à quelques années près.
Je les découvre après la bataille tes textes.. C’est bien écrit, ta sincérité, ta colère prend aux tripes, j’aurais pu en écrire certains paragraphes au mot près, il y a quelques années… C’est toujours très étrange de se reconnaitre dans les mots, dans le vécu d’un autre. Je ne vais pas m’étendre, mais l’enfance gauchiste, les manifs anti-lepen, tes références culturelles, sociales, c’est de l’ultra familier pour moi. Et puis j’ai débarqué à Paris Nord et j’ai vécu la. Trop longtemps.
Y a deux ans, j’avais envie de tout défoncer, j’écrivais des tas de textes comme le tien (en moins bien surement, mais avec la même colère).
Depuis quelques mois, je m’en fous. J’ai pris le parti d’attaquer le seau de pop-corn en attendant tranquillement le point de non-retour, tout en prenant soin de me mettre à l’abri, c’est bien la seule chose de concrète à faire. J’ai même définitivement renoncé à ouvrir ma gueule en public sur le sujet, ça ne sert à rien.
Aucun compte à rendre hein, aucun. Tu sais quoi ? Plus je lis les éditorialistes et les sociologues nous dresser le portrait type du « facho » qui vote pas comme il faut, et plus je me marre, car j’en suis très probablement l’antithèse la plus absolue, mon boulot, mon apparence, mes gout, mon style de vie, ma bibliothèque et mes opinions même, rien de rien, ne me rapproche de près ou de loin des conneries qu’on lit ici et la…C’est une force, sans doute que d’être mésestimé à ce point, et je les emmerde. ON les emmerde. A vrai dire c’est presque une jouissance que de les voir se planter autant. Et d’imaginer qu’ils se prendront un jour toutes les réalités qu’ils nient dans la gueule, comme un boomerang.
Aucun compte à rendre.
Se justifier de « pas etre facho » ? Ça sert à rien. L’imbécile se raccroche à ce mot comme le chien hargneux à son nonos, le mot en lui-même fait office d’argument pour celui qui en manque cruellement par ailleurs. Le débat est stérile. T’as forcément perdu, t’es pas d’accord avec l’imbécile, t’es un facho. CQFD Ca sert à rien de rentrer la dedans.
Se justifier de fréquenter Fdesouche ? Ça sert à rien non plus. Sur ce site, y a de tout, des bas du front à qui on ne confierait même pas un poisson rouge à garder, et des gens épatants, so what ? L’imbécile ne comprend pas que c’est la nature même des espaces de liberté que d’y rencontrer de tout, puisque la liberté, il connait pas. Il est vain d’expliquer à l’imbécile qu’un peu d’esprit critique et de raison, permet de s’y retrouver, de faire le tri et d’y prendre et d’y rejeter ce qu’on veut, autant dans les articles que des les commentaires. Car l’imbécile qui n’est doté ni de l’un ni de l’autre n’y parvient pas, alors il s’obstine à censurer, parce que c’est plus simple. L’imbécile est persuadé que s’il casse le thermomètre, la fièvre s’en ira. Il en est persuadé.
Se justifier de trouver que la vie a Multikultiland c’est pas si enrichissant que ça, mais c’est un peu beaucoup naze en fait ? Ça sert à rien. Le bien-pensant de service te fera un superbe collier en perles de morale, enfin pas longtemps, parce qu’a quatre heures faut pas qu’il rate le train, il visite une chouette maison, dans l’est de Paris, ouais ouais, il quitte le 18ème, parce que tu vois, avec la p’tite qui rentre à l’école et tout ça, enfin tu vois quoi. Mais si tu vois, arrête tes sous-entendus, avec Cécile, on adooorait la vie à Barbès, c’est juste que… oh et puis tiens… Dis donc t’es pas un peu facho sur les bords toi ? Hein ? Hein ?
L’habitude. On s’y fait, a ces gens-la, comme au reste. J’ai appris à en rire, vu que je suis littéralement cerné. L’hypocrite dans ce genre-la, finalement, c’est un gars ou une nana qui ressens les choses comme toi, mais qui n’assume pas encore, parce que le déclic est pas arrivé.
Faut pas se justifier, ça ne sert plus à rien. Le fossé se creuse.
Fous-toi à l’abri tranquillement mais surement, assures-toi un avenir, ici ou ailleurs, parce que c’est à ça que ça sert, d’ouvrir les yeux. Blinde-toi des remarques, des cons, prend la vie avec humour, parce qu’a ce degré de connerie générale, vaut mieux en rire qu’en pleurer et je te passerais les pop-corn.
T’as fais des études, t’as un bon job ? Pars… Va à la rencontre des peuples européens, et tu verra, que les identités sont fortes, vivaces, qu’elles sont aimées, revendiquées… Tu entendra, partout la même rage, partout la même colère, partout les mêmes inquiétudes de la Finlande à La Grèce, de la Lituanie à l’Espagne, et tu mesurera ce que les débats franco-francais ont de ridicule, de borné, a quel point les médias, les intellectuels, les politiques sont à coté de la plaque. Les mêmes débats partout, les mêmes. L’islam, l’immigration, la violence, la régression sociale, culturelle, partout… C’est à la fois vertigineux et terriblement fascinant. Ce qui se passe est inédit par l’ampleur, c’est pas une putain d’anecdote dans notre histoire, c’est fondamental, et ça dépasse de très loin le cadre de nos frontières à nous. Les imbéciles qui ramènent la question au FN n’ont rien compris, le FN c’est rien, c’est une goutte d’eau… Le multikulti ne prend pas, nulle part, personne n’en veut. La propagande ne fonctionne pas, les hypocrites font semblant, mais ils n’en veulent pas non plus, surtout pas pour eux, ni pour leurs enfants. Le décalage est trop fort, ça craque de partout.
Le postulat de départ « méconnaissance = peur = rejet » est faux, archi_faux, c’est l’imposture ultime. On peut savoir et connaitre et rejeter en même temps. On prend les gens pour des cons, le mépris est immense.
Encore une fois, c’est étonnement sans fin pour moi, que de les voir se planter autant. Les discours, les éditos, les articles, c’est du vent, déconnectés des réalités, de l’idéologie pure dont personne ne veut pour soi. Du vent. Du vent terrifiant, mais du vent. Les donneurs de leçons se lisent entre-eux, se parlent entre-eux, le peuple s’en fout et le décalage est immense. Mieux vaut en rire, pour l’instant, tellement c’est grotesque.
Une erreur dans le système, j’aime la formule, mais s’ils savaient, le nombre d’erreurs dans le système…
Je continue de lire Desproges avec passion, de remplir ma bibliothèque de BD de Gotlib et d’Edika, ma discothèque de musique psychédélique et punk en même temps, de vivre pied-nus, à la baba-cool parce que j’aime ça, de fumer un joint de temps en temps pour me détendre, pas trop souvent, de me marrer devant la classe américaine si typique de l’esprit canal qui a bercé mon enfance, de me gaver des grands artistes soul (et noirs !) américains que je vénère, de me passer un disque des Clash, ou de NTM quand j’ai envie, de lire Fluide Glacial et les vieux numéros de Hara-Kiri que ma mère m’a refilé, d’écouter Renaud de passer du temps sur le web, à regarder films et séries, plutôt que devant une télé que j’ai jeté depuis des années. Je n’ai aucun ouvrage traitant de la seconde guerre mondiale dans ma bibliothèque, à part le journal d’Anne Frank. Je les emmerde, j’emmerde la gauche, j’emmerde les donneurs de leçons, j’emmerde les bien-pensants. On peut me traiter de n’importe quoi et même du pire, plus rien ne m’atteint, je sais ce que je suis, je sais ou j’en suis, je sais précisément ce que je veux, et ce que je ne veux plus. Je veux vivre et élever mes enfants dans la culture occidentale, moderne, nourrie d’idéaux de progrès, de sérénité, d’égalité, et de respect. Je veux me tenir loin des fanatiques, des idéologues, des totalitaires, des censeurs, des puritains. Et des faux-culs.
J’ai grandi dans une famille ou on m’aurait allongé une baffe direct si j’avais osé dire une phrase de travers sur un noir ou un arabe. J’ai passé huit ans de ma vie dans un quartier « multiculturel » ou j’ai entendu un nombre incalculable de saloperies inimaginables sur les femmes, les homos, les juifs… Comme jamais auparavant je n’en avait entendu dans ma vie. C’est aussi cette bêtise crasse, cette violence gratuite, cette mentalité abrutie et rétrograde avec laquelle je ne me sens rien en commun que je fuis, que je vomis, et je n’en ai pas honte.
Les vieux cons ultra-conservateurs et vétérans de la cause qui se la jouent sur Fdesouche, on s’en tape aussi. L’important c’est d’être conscient, de savoir, de pas être un putain de mouton, mais de regarder les choses en face pour s’y préparer.
J’ai lâché la gauche le jour ou j’ai réalisé qu’elle ne regardait plus les choses en face, mais ça faisait en réalité très longtemps qu’elle m’avait déjà lâché moi.
Bref. Au plaisir de te lire encore sur ce blog.
Bonne continuation.

Gaza-Israël : extension du domaine de la lutte

janvier 11, 2009

Chez Desouche, BDS sous-titre ainsi sa vidéo :

Le PMF, ou parti des «musulmans de France**» , milite en faveur de la Palestine et résume sa position par un mot d’ordre simple : «une terre, un peuple». Une devise que nous approuvons sans restriction.


C’est certain, BDS, nous l’approuvons tous sans restriction. Pour ce qui nous concerne, du moins. Ensuite, chez les autres, c’est parfois et souvent fonction de leur histoire, et je ne pense pas qu’au Proche-Orient.

Mais comme il est pour le moment illusoire – encore qu’on puisse se demander pourquoi, comme si l’Histoire indiquait à l’avance les dates à saisir sur le calendrier – d’espérer une manifestation française sur le même mot d’ordre au sujet de son propre territoire, les commentaires qu’on pourrait être tentés de faire me feront l’effet d’un coussin glissé sous notre séant dans cette nouvelle caverne qu’on appelle internet.

Je ne crache pas dans la soupe, je suis un fervent spectateur et projectionniste de ce média, mais c’est un sentiment latent qui ne demandait qu’à s’exprimer à cette heure tardive.

Le fait est que commenter les championnats dans le reste du monde en s’engueulant sur des équipes étrangères, c’est une chose, constater que les matches débordent chez nous et qu’on n’a ni équipe, ni même possibilité de jouer à domicile, c’est usant à la longue.

Deux autres vidéos d’une semaine de téléfootoir :

Sur la première des Bobbies londoniens fuient devant des islamistes aggressifs et goguenards supporteurs de l’équipe Palestinienne, le 3 janvier 2009.

Sur la seconde, leurs alter ego « parisiens », manifestant pour le même prétexte – peut-on appeler ceci une cause. Même dans le sens de motif de leur envie de foutre la merde en crinat alaouaquebarre parce qu’ils ne savent rienfaire d’autre et que ça réchauffe de leur indignation courroucée ?  – saccagent la place de la République, hier samedi 10 janvier 2009. C’est plus courant, déjà.

Pour conclure sur cette analogie footbalistique, il semble aquis qu’il n’est de bon houliganisme qu’étranger, aux yeux de l’agglomérat de parasites cooptés qui nous tient lieu de gouvernement.

Addendum : plein d’autres jolies images animées ici.

Ça manque de filles 3

septembre 21, 2008

Especially dedicated to Melbourne… and his boss.

Eirin go bragh !..

juin 13, 2008

L’Irlande a voté Non à l’adoption de la notice de l’UE ™

Pour les ceusses avides de commentaires développés, je les renvoie au dernier billet du Bal des dégueulasses.

Ouaïte Poher

mars 31, 2008

A force de parler du sexe des anges, l’on finit par couper les poils de cul en quatre.

Depuis que la question « Qu’est-ce qu’être Français ? » a été battue en brèche sous les effets concomitants d’un droit du sang perdu au profit de celui du sol, de « valeurs » républicaines dont le prix aura été de dévaluer mille cinq cents ans d’histoire et, last but not least, d’un relativisme ambiant tenant lieu de pensée dominante, la nationalité est accordée plus généreusement qu’un droit d’entrée dans une boîte de nuit, de nouveaux arrivants font valoir que leurs origines culturelles, ethniques, pourtant fort éloignées des nôtres, les prédisposent à être aussi Français que nous, et nos propres concitoyens certifiés AOC sont subitement pris d’un doute quant au bien-fondé de leur identité.

Depuis peu, le terrain de l’identité s’est déplacé – replacé serait plus exact – à un niveau régional. Idiots utiles de l’entreprise Européenne ™ de destruction des nations, les Zids jouent de cette carte ancienne qui a l’avantage de préserver un enracinement géographique et culturel dans un cadre appelé à disparaître. Avantage relatif quand on connaît la conception « régionaliste » d’un Breton fier de l’être comme Morvan Lebesque ou quand, à l’instar d’Alain Soral, on peut croiser un maghrébin se définir Berrichon sans l’ombre d’un sourire chez les deux interlocuteurs.

N’épiloguons pas sur le terreau culturel, historique, religieux, puisque on se fait fort de nous rappeler que, remué sans cesse depuis les origines, il a fatalement perdu tous ses minéraux d’origine. Se définir catho fait ainsi hausser les sourcils des parpaillots – qui ont pour eux le bon goût, et la prudence, de ne pas nous bassiner avec la Saint-Barthélemy – se gausser les païens fraîchement convertis – qui ne connaissent souvent de Stonehenge ce que leur octroie Gougueule image quand ils l’orthographient correctement – lever le doigt avec insistance les juifs – surtout d’Afrique du Nord – et pétitionner les athées laïcards – qui n’ont pas besoin d’être franc-mac pour savoir que c’est mal. Et n’oublions pas le premier accessit décerné aux mahométans qui savent depuis Chirac que « les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes ».

Que nous reste-t-il ? Être Français, qu’est-ce à dire ? Normands ? C’est la branche Provençale de la famille qui râle. Européens, alors ? Mais de quelle Europe, celle du Cap Nord à la Cappadoce ?..

Blancs, donc ?.. Passons sur les anicroches à la Henri Salvador, et admettons que c’est le plus petit dénominateur commun. Seulement viendra le moment où, face aux évidences, on nous demandera de nous déterminer par rapport à une mire et alors, adieu Berthe !

Enfin, quand cette question sera définitivement réglée, et qu’il n’y aura plus de nationalités, ni même de peuples, l’on peut s’attendre à ce que la nouvelle mode introspective s’attaque à l’identité sexuelle. Ayant pris conscience que nous étions des nomades apatrides sans le savoir, il sera temps de se demander si nous ne sommes pas des transsexuels qui s’ignorent.
———————————————————————————————————

Exercice pratique de citoyenneté du monde.

Votre cousin Auvergnat en I est-il plus franco-européen que votre épicier Berbère en F ?

degrade-gris.gif

———————————————————————————————————

« Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture greque et latine, et de religion chrétienne. »

« Pour moi, l’histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L’élément décisif pour moi, c’est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l’histoire de France à partir de l’accession d’un roi chrétien qui porte le nom des Francs. « 

Adolf H.

Charles De G.

Je sais, je sais (Jean M. alias Jean G.), il faut aussi tenir compte du fait que :

« L’homme blanc est mort à Stalingrad »

Louis-Ferdinand C.

Le visage de Vercingétorix a été reconstitué!

mars 2, 2008

Sub est en mode « VIP » depuis presque un an, c’est à dire que seuls les détenteurs de la carte de membre qui n’ont pas effacé leur cookies sont habilités à poster. Conditions de plus en plus draconiennes qui, rajoutées au manque de contradicteurs, refroidissent plus d’une ardeur.

À la suite d’une fausse manœuvre ou d’un acte de repentance nostalgique, le Bureau de Sub a levé la grille quelques jours, au tournant du mois de Mars. Trois trolls et autant de vieux habitués ont joué à l’anesthésiste avec ce forum plongé dans un coma végétatif. L’expérience n’ayant pas été jugée concluante, le ménage a été fait et les catacombes rescellés. Par précipitation ou manque de discernement, un post de Néron en a fait les frais. Un post à sa manière, plein de haine, d’ironie et de jonglage adroit avec les sujets d’actualité qu’il eut été regrettable d’abandonner aux limbes.

————————————————————————————————————–

Après des années de recherche, Yves Coppens et Marek Halter sont parvenus à reconstituer le visage de Vercingétorix.
Faisant suite à la diffusion officielle du portrait robot de notre héros national, le président Sarkozy a réuni une commission chargée de restaurer dans la conscience populaire notre négritude bafouée par deux mille ans de colonisation gréco-latine. Après avoir initialement protesté contre l’enseignement obligatoire du wolof, Simone Veil s’est dite finalement convaincue du bien fondé de cette mesure, à condition que locuteurs du lingala ne se sentent pas exclus par une réforme aussi abrupte. Pour faire bonne mesure, les émissions des chaînes publiques seront donc sous-titrée dans cet idiome tant apprécié dans les quartiers populaires.
Rama Yade s’est elle aussi emparée du dossier et a convoqué sans délai l’ambassadeur d’Italie afin d’exiger réparation pour le calvaire infligé à son ancêtre gaulois. Face à l’urgence, Louis Schweitzer, président de la Haute Autorité pour la Lutte contre les Discriminations et l’Exclusion a mandaté Dieudonné pour aller faire du testing dans les pizzerias de la capitale. La chaîne de restauration « Le Bistrot Romain » a été condamnée pour incitation à la haine raciale et va devoir changer d’enseigne. Carole Bouquet et Gérard Depardieu se sont proposés pour racheter l’ensemble des établissements pour un euro symbolique.
Par ailleurs, l’ouvrage révisionniste « La guerre des Gaules » a été saisi et passé au pilon. La FNAC l’avait déjà retiré de ses rayons dès les premières rumeurs. Son auteur qui n’est autre que Julius Caesarius est en fuite. Un mandat international a été lancé à son encontre par madame Carla del Ponte. L’arrestation de quelques 3287 professeurs de latin n’a pas encore permis de retrouver sa trace, tant les témoignages divergent. Serge Klarsfeld, a entrepris de traquer le criminel de guerre, de manière totalement désintéressée puisque la prime promise pour sa capture sera intégralement reversée à une fondation d’aide aux avocats nécessiteux que préside son épouse. Après avoir visionné en compagnie d’experts l’accablant documentaire « deux heures moins le quart avant Jésus-Christ », le célèbre justicier a démontré que les allégations de Tite-Live ne sont qu’une ruse grossière destinée à dissimuler la cavale de l’empereur déchu sous une abracadabrante histoire de parricide.
A l’occasion de sa nomination comme secrétaire perpétuel de l’Académie Française, Stéphane Pocrain, fondateur du Comité Représentatif des Associations Noires, a annoncé la suppression immédiate des sinistres pages roses du dictionnaire, dont « les maximes latines sont l’écho d’une domination culturelle intolérable ». Christiane Taubira a renchéri en réclamant que l’ensemble de l’ouvrage soit passé au crible afin d’effacer toute trace de la langue de l’ancien occupant. A l’issue de cette indispensable cure de jouvence, il devrait nous rester près de cent vingt mots d’usage courant, ce qui est plus que suffisant pour retrouver un niveau de civilisation compatible avec notre lignage et facilitera l’apprentissage du français par les nouveaux immigrants.
En visite au Parc Astérix en compagnie du couple présidentiel, Madame Condoleeza Rice a procédé à l’inauguration d’un mémorial que les enfants des écoles devront impérativement visiter pour voir leurs études validées. Ces dernières seront d’ailleurs raccourcies à trois ans, ce qui permettra de réduire le nombre d’enseignants et livrera sur le marché du travail une main d’oeuvre apte à relancer la croissance sans attendre ce que Jacques Attali appelle « cette première vieillesse qu’est la puberté ». Ce dernier a félicité le président Sarkozy pour le nouvel élan qu’il a su insuffler à « une France décomplexée qui renoue avec ses belles racines humanistes ».

vercingetorix-noir.jpg

L’Histoire par les nuls… et pour les cons !

novembre 13, 2007

Je l’avais évoqué hier en passant, sans l’avoir l’avoir regardé attentivement. Un autre l’a fait pour moi. Un dénommé Néron, qui sévit sur Sub (s’agit-il de Pierre Damiens ? On y retrouve le style, le ton, la patte).

Tout est dit ! Enfin, beaucoup : l’essentiel.

Je lui laisse la parole.

———————————————————————————————————

J’ai écouté, dimanche, le discours de Sarkozy. Gesticulant et grimaçant, tentant vainement d’étirer sa silhouette de bossu, ce gnome a réussi à changer l’anniversaire de la victoire en une sinistre farce… Car, avec ce nain pathétique, tout finit invariablement dans le sordide, dans l’échec, la gabegie.

De sa voix nasillarde, insignifant sous l’Arc immense, le voici qui entreprend l’ambitieux résumé le l’histoire du XXe siècle ! Enchaînant les fariboles tragiques, il recompose le passé dans un non-sens magistral…

Ponctuant son récit de mimiques grotesques, il nous enseigne qu’en 1918, allemands et français sont des peuples frères, broyés par la machine belliciste et que la guerre est une monstrueuse ânerie. Si ce n’étaient quelques regrettables malentendus, on se serait volontiers embrassé dans les tranchées, cinq ans durant, perdus d’amour dans la bouillasse. Dont acte. S’ensuit une profession de foi pacifiste au lyrisme tapageur.

Mais voici que nous apprenons qu’au tournant des années 30, tout compte fait, les boches ne sont pas si fraternels… En fait ils sont la barbarie même, des ogres, des fous sanguinaires ! Du même coup, la guerre se pare des vertus de la justice. Et la boucherie devient belle, utile, salutaire. Tous au turbin ! Allons enfants ! Ne rechignez pas au sacrifice ! Tous comme Guy Môquet !!!

Allons bon… on ne comprend plus très bien ! Alors, la guerre, quand il s’agit de repousser le Fridolin à l’est du Rhin en 1914, c’est une ignominie. Mais quand il faut libérer Varsovie, et Volgograd en 44, pardon ! Quel art sublime, féerie phosphorée, feu d’artifice mégatonnique !

Si vous avez suivi jusque là que reste-t-il sur le tapis, au bilan, après le grand cataclysme? D’un côté des teutons déments, fanatiques, si dangereux qu’il faut couper leur pays en quatre, hérisser le Brandebourg de barbelés pour se prémunir contre leurs récidives meurtrières. De l’autre, des français dont on découvre qu’ils ont pactisé avec le diable… qu’ils sont, eux aussi, bien suspects, bien salopards, pas fiables pour deux sous.

La plus élémentaire logique voudrais qu’on disloque à jamais cette entreprise démoniaque, cette association de malfaiteurs continentale : la nébuleuse franco-germanique de sinistre mémoire ! Hé bien non !!! Notre petit maître reprend son laborieux exposé. La voici la merveille, la panacée, la solution finale du problème goy !!! Il faut faire l’Europe !!! Il faut à tout prix unir les tarés germaniques aux salauds gaulois. Quoi, ils ne veulent pas se mélanger ? Mais c’est marre ! Tombez frontières ! Par ici les beaux traités ! L’acier, l’atome, le charbon, les bagnoles et la boustifaille… tout doit fusionner sur fond d’Hymne à la Joie !

Là, notre Nicolas entre en transe ! Il file dans les tribunes, serre toutes les louches, baisouille à tout va ! On l’acclame, l’idolâtre, le touche, l’implore !!! Il n’est que paluches, clins d’œil et connivence ! Il entraîne derrière lui un essaim frénétique. Quand il se résout enfin à rentrer à l’Elysée, ce n’est que pour préparer son prochain bain de foule… De quoi parlera-t-il ? Des retraites, du travail, de l’immigration, de la culture ??? Qu’importe ! Quoiqu’il dise, il y aura toujours assez de cons pour l’écouter.

Avant-goût

novembre 4, 2007

Les guéguerres de mercenaires pro-israéliens vs pro-palestiniens sont passées de mode, quant aux parties de Schtroumpfs noirs vs Schtroumpfs bleus blancs elles ne font plus lever un sourcil, en tout cas moins que pour un accident de vélib. Ainsi va la hype.

Jamais en reste de nouveauté et de développement, la dernière amélioration de jeux de rôles ex situ est l’affrontement Kurdes vs Turcs par chez nous.

Petit rappel pour ceux qui auraient manqué le début : bien qu’il reste encore des segments à conquérir en province, le marché du kébab est parvenu à saturation et désormais la concurrence fait rage pour maintenir une position dominante entre les deux principaux acteurs – à côté, McDo et Quick, c’est du gentleman’s agreement.

En attendant de voir les effets du lobbying mené dans les couloirs de l’OMC et de l’UE ™, et faisant suite à leur action Bruxelloise, des représentants des traiteurs et restaurateurs turcs, brandissant bien haut l’étendard de leur entreprise, sont venus manifester devant un commissariat à Sarcelles leur réprobation devant ce qu’il considère une entrave à la concurrence.

J’avance cela comme explication, je ne suis pas certain que ce soit la bonne, mais devant le peu d’atermoiements de nos instances dirigeantes pour qui, quand le commerce va, tout va, je n’en voie pas d’autres.

Enfin, rassurons-nous, étant donné que les protagonistes ont tous la même gueule, voilà au moins un différent qu’on se saurait considérer comme râhcissste. C’est donc avec impatience que nous attendons la future intégration de ces messieurs-dames dont l’apport économico-culturel s’annonce des plus …énergique.

(dénichée chez desouche)