Posts Tagged ‘avec harissa chef ?’

Les Darwin Awards au service de la lutte contre l’insécurité

octobre 6, 2011

Cet Indien de 33 ans surnommé «Babu», qui menait une vie travailleuse et sans histoires à Paris, a payé de sa vie le 29 septembre un acte citoyen «qui devrait donner l’exemple», selon le directeur adjoint de la police des transports, Serge Rivayrand.

Soyez citoyens : faites-vous buter dans le métro…

À Bollywood, tout finit commence par des chansons

Accessoirement, c’est curieux, hein ? on ne sait pas grand-chose du type qui l’a balancé sur la voie, ni son âge, ni son surnom encore moins sa nationalité et surtout s’il menait lui aussi « une vie travailleuse et sans histoire »

J’oubliais le meilleur presqu’aussi bon, toujours dans cet article du Parisien : Frédéric Mitterrand a, lui, salué «ce pauvre Babu qui fait partie de ces héros ordinaires qui rendent la vie meilleure» et qui «représentait ce qu’il y a de beau dans la culture indienne, le partage, l’attention aux autres».

Dommage qu’il n’ait pas été Japonais, parce que, dépassant sa caricature par les Guignols, notre Fredo national n’aurait pas manqué de célébrer son sens du sacrifice…

Morts pour un conglomérat

janvier 7, 2010

« La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble.

Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage. »

Eric Besson, ci-devant Ministre de l’Immigration et de l’Identité Nationale du Conglomérat National, dans des propos tenus à la Cité des 4000, équivalent dans son esprit a ce qu’a été Villers-Cotterêt pour François Ier.

Illustration volée sans son autorisation à Waterman, chez Desouche.

Une altercation banale

décembre 16, 2009

Mortellement blessé par un «tir de chevrotine de calibre 12», le jeune Amar, inconnu des services de police, est décédé dimanche après-midi lors de son transfert à l’hôpital. Un deuxième adolescent de 17 ans, a été blessé à la cuisse et a pu quitter l’hôpital dimanche soir.

Selon les premiers éléments de l’enquête, confiée à la brigade criminelle de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône, «trois à cinq individus encagoulés» et «armés de deux armes longues», une «carabine» et une «arme 7,62 mm de type fusil mitrailleur», ont ouvert le feu dimanche vers 17h30 sur un groupe de jeunes, dans le 8e arrondissement de Lyon.

[…]

Quatorze impacts de balles ont été retrouvés par les enquêteurs, principalement sur les vitrines d’un bureau de tabac et d’un commerce d’alimentation.

[…]

«Il s’agit d’une altercation banale, pour un motif futile, entre jeunes de quartiers différents», a précisé le parquet de Lyon, qui a exclu une «histoire de guerre entre bandes rivales».

Source : Le journal de Mickey Le Figaro

367

août 7, 2009

Était-ce dans « La Liste Noire », d’Irwin Winkler * ou « Citizen Cohn », avec James Woods, que l’on voyait Joseph Mc Carthy s’inspirer du chiffre « 57 » présent sur les bouteilles de ketchup Heinz pour le reprendre dans une diatribe dénombrant le nombre de communistes dont il était censé détenir les noms ? L’anecdote de ce chiffre complètement farfelu car gratuit qui donnait corps à une menace est, je crois authentique.

Je repense à ceci par rapport au nombre de 367 burqas, burkas, bourkas, bâches réservées aux femmes muslmanes avec une ouverture pour les yeux et le visage quand il y en a, dénombrées en France, nombre dont les modalités de calcul à un instant T resteront à jamais obscures, et de fait me demande si ça ne correspondrait pas au numéro de modèle du portable ou à la quantité de milligrammes d’un médicament pour la tension d’un des haut-fonctionnaires anonymes qui l’a lancé sur le marché.

Je n’en serais pas plus étonné.

Un chiffre abstrait jeté en pâture aux chiens de garde dont les aboiements ont pour but de nous distraire des véritables dangers et, si vous me permettez l’expression qu’appelle l’allusion condimentaire, de continuer à nous la mettre profond.

————————————————————————————————————

Film raté car un peu mou, dans lequel De Niro se retenait à chaque plan de trop en faire, écrit selon une approche victimaire des protagonistes – la question n’étant pas de savoir si oui ou non, les blacklistés étaient coupables, ou du moins si les soupçons sur eux étaient fondés, mais de s’attacher à montrer la dégradation de leur conditions de vie d’employés de studios sous contrat – celui-ci valait dans mon esprit par cette réplique de Scorsese campant Joseph Losey (Joe Lesser, à l’écran) qui confiait avant son exil pour l’Angleterre: « Si je reste [et donc balance mes copains], je ne pourrai plus me regarder dans la glace. Et j’adore me regarder dans la glace. »

à propos de diversité

janvier 29, 2009

Sans parole, avec une conclusion logique signée Piotr

label-diversite

espoir-banlieue-orig

diversite1-piotr

Avant-goût

novembre 4, 2007

Les guéguerres de mercenaires pro-israéliens vs pro-palestiniens sont passées de mode, quant aux parties de Schtroumpfs noirs vs Schtroumpfs bleus blancs elles ne font plus lever un sourcil, en tout cas moins que pour un accident de vélib. Ainsi va la hype.

Jamais en reste de nouveauté et de développement, la dernière amélioration de jeux de rôles ex situ est l’affrontement Kurdes vs Turcs par chez nous.

Petit rappel pour ceux qui auraient manqué le début : bien qu’il reste encore des segments à conquérir en province, le marché du kébab est parvenu à saturation et désormais la concurrence fait rage pour maintenir une position dominante entre les deux principaux acteurs – à côté, McDo et Quick, c’est du gentleman’s agreement.

En attendant de voir les effets du lobbying mené dans les couloirs de l’OMC et de l’UE ™, et faisant suite à leur action Bruxelloise, des représentants des traiteurs et restaurateurs turcs, brandissant bien haut l’étendard de leur entreprise, sont venus manifester devant un commissariat à Sarcelles leur réprobation devant ce qu’il considère une entrave à la concurrence.

J’avance cela comme explication, je ne suis pas certain que ce soit la bonne, mais devant le peu d’atermoiements de nos instances dirigeantes pour qui, quand le commerce va, tout va, je n’en voie pas d’autres.

Enfin, rassurons-nous, étant donné que les protagonistes ont tous la même gueule, voilà au moins un différent qu’on se saurait considérer comme râhcissste. C’est donc avec impatience que nous attendons la future intégration de ces messieurs-dames dont l’apport économico-culturel s’annonce des plus …énergique.

(dénichée chez desouche)