Posts Tagged ‘cher pays de mon enfance’

Ticket chic, ticket choc

novembre 3, 2009

 

 

[Une production frenchcarcan, le dialecticien audiovisuel qui casse des briques]

Publicités

Acheter des cigarettes un Dimanche

février 9, 2009

Café-tabac rue Chauchat, à l’angle de la rue Lafayette, tenu par des Chinois. Bientôt sept heures.

À ma commande d’un verre de Côtes-du-Rhône, la patronne qui porte un pull en V au logo Tommy Hilfiger discrêt demande confirmation par « un ballon de Côtes ? » dans le plus pur idiome limonadier.

Marbre pisseux, menuiseries brunâtres et appliques improbables dorées, la déco inchangée depuis une vingtaine d’année si ce n’est trente respecte les canons bistroquetiers d’un ordinaire oublié. Moitié d’Arabes Que des Français au zinc. Posé entre les bouteilles de Ricard et le panonceau à chaînette « Nos Sandwiches », un pécé portable crachotte à pleins poumons de la variète de restau viet.

Je bois mon verre en dépiautant machinalement mon paquet de cigarettes quand la patronne accueille en mandarin un aréopage de compatriotes débarquant  en terrain conquis dans ce troquet paisible. Je n’entendrai plus un mot de Français jusqu’à ce que je sorte de l’établissement.

On en est encore à recommander la lecture du Camp des Saints alors que Paris s’est déjà transformée en métropole cosmopolite ™ à la Blade Runner. L’avenir, c’est un remake d’Un Singe en Hiver, avec Chow Yun-Fat et Jackie Chan.

Nous en sommes parvenus à un point où l’on regretterait presque que Bruel n’ait pas incarné un jeune aristocrate fin de race pour y retrouver, tant bien que mal, l’image déformée d’un monde encore debout.

I wish you a Merry Christmas and a Happy New Year

décembre 24, 2008

L’expression « fêtes… de fin d’année » était un raccourci qui sous-entendait Noël et le Nouvel An. Dans le meilleur des cas, on vous souhaitait volontiers de bonnes fêtes de Noël. Quoique la Saint Sylvestre – qui nomme encore de la sorte le 31 décembre, au fait ? – était une fête d’adulte et le réveillon de Noël, une fête de famille empreinte de mystère et de sacré dont la messe de Minuit constituait le point d’orgue (avec ou sans.  Les orgues…). Cette distinction allait cependant de soi, même si on pouvait déplorer cette paresse des mots.

Aujourd’hui, il est patent que cette périphrase est voulue dans le but d’éviter de faire mention de Noël. Au mieux, si on peut appeler cela « mieux », Noël est laïcisé à outrance. On n’en conserve que les symboles les moins religieux, ou vidés de leur substance : outre le sapin désormais présenté comme un objet de consommation saisonnier, on parlera de Père Noël, de rennes, de lutins, de bonhomme de neige, d’étoile peut-être, mais en tant qu’élément de déco. Et encore, devant la concurrence effrénée de sorcières de Noël et autres Noël mandingues (sic…), il a du soucis à se faire, Santa Claus.

En revanche, toute référence religieuse est bannie et la Nativité du Fils de Dieu, sciemment occultée. Je le redemande chaque année, combien de crèches pouvez vu dénombrer dans les vitrines de magasins ? Celles qui restent entières, du moins, pas comme en Belgique ou à Pont-à-Mousson. Et si l’exercice vous semble trop périlleux, essayez de trouver plus d’une carte de vœu souhaitant un Joyeux Noël avec une image de la Sainte Famille au lieu d’un bonhomme de neige ivre mort.

Je ne sais ce qu’il en est en province, mais à Paris vous pouvez vous accrocher pour lire un « Joyeux Noël » illuminé suspendu d’un côté à l’autre d’une rue, quand ceux-ci étaient banals il y a encore quinze ans – je sais, c’est un siècle.

Autre signe d’une évolution dont je n’avais pas pris la mesure : les rues commerçantes autrefois animées de chants de Noël, sont de nos jours désespérément silencieuses. Je n’oserais plus espérer un « Il est né le Divin Enfant », mais même un guilleret « Vive le vent d’hiver » aurait fait l’affaire. Et quand je dis « autrefois » je précise que je suis quadragénaire, et n’ai pas l’âge de Mathusalem. Croisons les doigts pour qu’il ne vienne pas à l’esprit d’un abruti producteur de dix, genre fils de Président, l’idée de faire un… Non, je n’ai même pas envie de le dire.

Joyeux Noël à tous, à vos familles, à vos proches.

http://www.deezer.com/track/we-wish-you-a-merry-christmas-T325946

La Fwance, Monsieur. La Fwance !..

novembre 4, 2007

J’inaugure une nouvelle catégorie, J’aime beaucoup ce que vous faites, qui annonce sans détour la couleur. Encore et toujours du « recyclage », donc, mais celui des travaux de connaissances virtuelles *, cette fois, auteurs de post magnifiques, ciselés dans la haine la plus pure et trempés à l’ironie la plus aristocratique.

Ladies and gentlemen, may I introduce you, l’ami Piotr, aussi discret que talentueux.

—————————————————————————————————————-

Le Monde, via AFP, lundi 18 mars 2030.

M. Basile Boli, premier ministre du nouveau gouvernement présidé par Mme veuve Rachida Dati de Nagy-Bocsa, a instauré ce matin, de manière officielle, et en accord avec le gouvernement, les nouveaux symboles de la Ripouxblique Fwançaise. Selon lui, cette nouvelle Mawianne, en habit traditionnel, reflète mieux les racines multiethniques pluri-millénaires de la Fwance, mais aussi la diversité et le dynamisme des forces vives de notre pays. Elle représente l’attachement viscéral du peuple de Fwance à ses coutumes ancestrales. M.Boli a explicité ainsi la nouvelle devise, dans un discours qui a marqué les esprits et qui restera historique : « La Libewté – ou plus précisément, le libéralisme – est garant de la Divewsité, le tout dans la Festivité ».
Wépublique Fwançaise

Cette décision fait partie d’une série de mesures d’apaisement suite aux récentes truculences en région Parisienne, ayant notamment occasionné la dégradation de nombreuses stations Vélib, l’incendie de la nouvelle MJC « Aimé Césaire », ainsi que la destruction de la basilique de Saint-Denis.Des jeunes en difficulté ont été interpelés, qui disent avoir provoqué ces incidents « par jeu », car ne se reconnaissant pas dans un gouvernement où il reste, selon eux, encore « trop de souchiens ».

Réaction légitime que le gouvernement, par l’entremise du Ministre de l’Éducation Post-Coloniale Mme Houria Bouteldja, compte toutefois apaiser. Elle a notamment déclaré, hier, lors d’une allocution vivement applaudie à l’Assemblée Nationale : « La tyrannie coloniale encore persistante aujourd’hui envers les minorités, ainsi que le paternalisme arrogant d’une certaine frange de la population ne sont plus acceptables. Les exactions de ces derniers jours, minimes et démesurément amplifiées par la presse ne sont que justice. Après tout, il n’y a pas eu mort d’homme, seules quelques dégradations sur du mobilier urbain de toute façon obsolète. Il n’y a pas là de quoi faire un plat, quand on voit en comparaison les ravages provoqués par l’esclavage et la colonisation. Les programmes sur ces sujets seront d’ailleurs renforcés, passant de 10 à 15 heures par semaine, quitte à empiéter sur les cours d’art urbain s’il le faut. « 

Selon Mme Fadela Amara, Ministre de l’Intérieur, des contrôles ADN devraient être mis en place, en concertation avec la Halde, afin de repérer les individus potentiellement hostiles au nouveau Plan de Métissage. Ces réfractaires refusant d’accueillir chez eux des sans-papiers pour y fonder une famille sont en effet, selon elle, les principales menaces à l’intégration des 10 millions d’entrants annuels, et les principaux créateurs de tension sociale.
Mme Marine le Pen, présidente de « Gars Alités & Vrais Cons : Soumission » s’est, à ce sujet, fait remarquer une fois de plus par sa xénophobie, déclarant que : « Les chinois n’ont rien à faire en Fwance, car si nos racines sont autant chrétiennes que musulmanes, elles ne sauraient être, en aucun cas, taoïstes. Même si je n’ai rien contre le nouveau Plan de Métissage, qui renforcera notre Idéal Ripouxblicain™, cet afflux oriental me semble une menace pour notre identité. »

Par ailleurs, de nouveaux budgets seront prochainement débloqués pour les banlieues. En particulier pour les nombreuses associations de quartier qui œuvrent chaque jour sur le terrain, notamment pour faciliter l’économie souterraine, source de richesse et d’emploi.
Aucune peine ne sera requise contre les perpétrateurs des incidents, reçus ce matin par M.Boli à l’Élysée Montmartre. Le président leur a présenté solennellement les nouveaux attributs de la Ripouxblique. Les jeunes se sont dits satisfaits à l’annonce de la construction d’un vaste espace culturel regroupant mosquée, studio d’enregistrement, stand de tir et halls sans immeubles, à l’emplacement laissé libre par la triste ex-basilique, dont les ruines sont d’ores et déjà – et c’est un soulagement – en cours de déblaiement.
Un nouveau départ qui ne manquera pas de faire remonter M.Boli et son gouvernement dans les sondages.

———————————————————————————————————

(*) Fréquentant les mêmes fora, on ne s’est jamais rencontré pour la plupart mais on a su établir au fil des ans une relation d’estime réciproque sur la base d’opinions communes, mais aussi d’un même regard sur notre espace-temps.

Le fait est que, venant d’horizons sociaux différents, l’on s’est aperçu que l’on avait beaucoup plus en commun et de choses à se dire, même dans le silence, que la masse croissante des jeunes cons abonnés à myspace secondlife facebook qui passent leur journées à pêcher au chalut d’anciennes et oubliées relations de bahut ou de soirée dans le but de meubler leur journées à coups d’échanges d’indications vaines sur leur état psychologique du moment, réactivées tous les quart d’heure.

Ce serait d’une banalité à faire peur, ne serait-ce cette conviction partagée que si tout n’est pas irrémédiablement foutu, savoir qu’on se rapproche à grand pas de la mise à plat du problème et, qu’à tout le moins, on est sérieusement dans la merde, nous donne une longueur d’avance. Éventuellement, le temps de nous préparer.

Certitude qui nous distingue sans équivoque de cette autre génération perdue – celle qui n’en a évidement pas conscience – dont l’acmé des relations dans la caverne est de pouvoir échanger en ligne des photos de vacances ou de beuveries de bar avec tous ses amis.

Le jour où le courant sera coupé, ceux-là saisiront leur portable pour demander par textos à leur amis « keski spass avek free ? ».

Ces cons ne se seront pas aperçus que c’est leur rue qui crame…