Posts Tagged ‘LBDD’

Ça s’en va et ça revient

octobre 8, 2008

Le Bal Des Dégueulasses est de retour depuis samedi dernier après s’être fait longtemps désiré, tandis que Zentropa tire sa révérence et file à l’italienne *. [Z. est revenu – depuis longtemps, mais les mises à jours, vous savez… – c’était un faux-départ]

Le premier refait la peinture et met de l’ordre,

quand le second laisse derrière lui – espérons-le – un vade mecum de l’action et de la réflexion.

* D’un autre côté, on ne pourra pas se plaindre qu’il nous ait pris par surprise, si on lit entre les lignes. Mais quand même, ça fait chier.

Zentropa

– Ha, Poutine n’a pas été mauvais sur la Géorgie !

– Tu parles comme un journaliste du Monde qui fait de Medvedev la marionnette de Poutine !

– N’empêche qu’ils s’en sont bien sortis ! Quel pied de nez au monde occidental inféodé à l’Oncle Sam !

– Tu ne peux pas dire ça, l’intégrité territoriale est sacrée !

– Et le précédent du Kosovo ?

– Paie ton argumentaire ! A base de relativisme, je dis : c’est pas propre !.

– Surtout ne pas tomber dans le piège du droit des peuples !

– Bien sûr ! D’ailleurs je suis en train de rédiger un grand article qui va définitivement régler la question des Balkans dans nos milieux !

– En parlant de l’ingérence d’Israël j’espère !

– Bien entendu, mais sans pour autant tomber dans un tropisme pro-palestinien…

– Et sinon, combien d’affiches collées cette semaine ? Combien de télés cassées ? Combien de frères secourus ? Combien de séances de sports ? Combien de visites aux vieillards isolés ? Combien de veillées ? Combien de chants ? Combien de poèmes créés ? Combien de légumes bio récoltés ? Combien de travaux ? Combien de restaurations ? Combien d’enfants ? Combien de prières ? Combien de dons ? Combien de concerts organisés ? Combien de mains tendues ? Combien de commerces alternatifs ?…

– Heu… Qui est-ce qui t’a invité toi déjà ?

http://zentropa.splinder.com/post/18435661/Impuissance

Le Bal des Dégueulasses ™ nous fait un coup de salaud

juillet 7, 2008

Le Bal des Dégueulasses – LBDD pour les intimes ou les flemmards – ne répond plus depuis la fin de la semaine dernière.

La moisisphère se perd en conjectures sur la page 404 qui s’affiche lorsqu’on tape l’url du Bal des Dégueulasses (et des Possédés) , l’un des meilleurs exégètes, lucide et cohérent, de la décomposition, pour citer M. Couillard – et j’ajouterai intelligible, pour ne pas paraître me limiter à une pâle exhumation de bonne formule. Certains supposent qu’il a pu jeter l’éponge devant l’ampleur augiasesque de sa tâche quand d’autres avancent la crainte de menaces. Je ne crois pas trop à cette dernière hypothèse : si lui était menacé, alors nous sommes tous déjà morts.

LBDD était un catholique (de gauche ?) qui a soudain ouvert les yeux sur son temps et s’est mis à en faire la chronique au jour le jour. Avec désinvolture au début, puis méthodiquement, il a tenu son rôle de sentinelle au milieu de la mitraille de la connerie ambiante. « Connerie » étant à prendre ici dans son sens le plus euphémistique – quasi attendri, si une telle inclination était possible.

Il a occupé une place singulière, celle d’une porte-tambour entre la moisisphère et la portion de la bulotsphère qui se gratte la tête mais répugne toujours à passer le cap, effrayée par les idées aux relents © nauséabonds © . Surtout quand les dites idées sont appréciées par des maîtres-parfumeurs aux nez si sûrs que ceux de la Rue89.

Le Bal des Dégueulasses comptait au nombre des names dropped le plus souvent sur les blogues parce que renvoyer à l’un de ses articles vous donnait à moindre frais l’air fin et intelligent.

C’est une nécro ou je ne m’y connais pas. Pour conjurer le sort, lançons un message personnel :

« Le petit Bal des Dégueulasses est attendu par ses lecteurs au pied de la tour de la Croix-Rouge.

Ceux-ci sont prêts à lui pardonner toute justification de plantade informatique de sa part, et se borneront à ricaner, soulagés en leur for intérieur qu’ils seront ».

Mise à jour du 7 juillet, vers 19 heures…

LBDD explique son geste chez edeo.