Posts Tagged ‘Pierre Damiens’

Le visage de Vercingétorix a été reconstitué!

mars 2, 2008

Sub est en mode « VIP » depuis presque un an, c’est à dire que seuls les détenteurs de la carte de membre qui n’ont pas effacé leur cookies sont habilités à poster. Conditions de plus en plus draconiennes qui, rajoutées au manque de contradicteurs, refroidissent plus d’une ardeur.

À la suite d’une fausse manœuvre ou d’un acte de repentance nostalgique, le Bureau de Sub a levé la grille quelques jours, au tournant du mois de Mars. Trois trolls et autant de vieux habitués ont joué à l’anesthésiste avec ce forum plongé dans un coma végétatif. L’expérience n’ayant pas été jugée concluante, le ménage a été fait et les catacombes rescellés. Par précipitation ou manque de discernement, un post de Néron en a fait les frais. Un post à sa manière, plein de haine, d’ironie et de jonglage adroit avec les sujets d’actualité qu’il eut été regrettable d’abandonner aux limbes.

————————————————————————————————————–

Après des années de recherche, Yves Coppens et Marek Halter sont parvenus à reconstituer le visage de Vercingétorix.
Faisant suite à la diffusion officielle du portrait robot de notre héros national, le président Sarkozy a réuni une commission chargée de restaurer dans la conscience populaire notre négritude bafouée par deux mille ans de colonisation gréco-latine. Après avoir initialement protesté contre l’enseignement obligatoire du wolof, Simone Veil s’est dite finalement convaincue du bien fondé de cette mesure, à condition que locuteurs du lingala ne se sentent pas exclus par une réforme aussi abrupte. Pour faire bonne mesure, les émissions des chaînes publiques seront donc sous-titrée dans cet idiome tant apprécié dans les quartiers populaires.
Rama Yade s’est elle aussi emparée du dossier et a convoqué sans délai l’ambassadeur d’Italie afin d’exiger réparation pour le calvaire infligé à son ancêtre gaulois. Face à l’urgence, Louis Schweitzer, président de la Haute Autorité pour la Lutte contre les Discriminations et l’Exclusion a mandaté Dieudonné pour aller faire du testing dans les pizzerias de la capitale. La chaîne de restauration « Le Bistrot Romain » a été condamnée pour incitation à la haine raciale et va devoir changer d’enseigne. Carole Bouquet et Gérard Depardieu se sont proposés pour racheter l’ensemble des établissements pour un euro symbolique.
Par ailleurs, l’ouvrage révisionniste « La guerre des Gaules » a été saisi et passé au pilon. La FNAC l’avait déjà retiré de ses rayons dès les premières rumeurs. Son auteur qui n’est autre que Julius Caesarius est en fuite. Un mandat international a été lancé à son encontre par madame Carla del Ponte. L’arrestation de quelques 3287 professeurs de latin n’a pas encore permis de retrouver sa trace, tant les témoignages divergent. Serge Klarsfeld, a entrepris de traquer le criminel de guerre, de manière totalement désintéressée puisque la prime promise pour sa capture sera intégralement reversée à une fondation d’aide aux avocats nécessiteux que préside son épouse. Après avoir visionné en compagnie d’experts l’accablant documentaire « deux heures moins le quart avant Jésus-Christ », le célèbre justicier a démontré que les allégations de Tite-Live ne sont qu’une ruse grossière destinée à dissimuler la cavale de l’empereur déchu sous une abracadabrante histoire de parricide.
A l’occasion de sa nomination comme secrétaire perpétuel de l’Académie Française, Stéphane Pocrain, fondateur du Comité Représentatif des Associations Noires, a annoncé la suppression immédiate des sinistres pages roses du dictionnaire, dont « les maximes latines sont l’écho d’une domination culturelle intolérable ». Christiane Taubira a renchéri en réclamant que l’ensemble de l’ouvrage soit passé au crible afin d’effacer toute trace de la langue de l’ancien occupant. A l’issue de cette indispensable cure de jouvence, il devrait nous rester près de cent vingt mots d’usage courant, ce qui est plus que suffisant pour retrouver un niveau de civilisation compatible avec notre lignage et facilitera l’apprentissage du français par les nouveaux immigrants.
En visite au Parc Astérix en compagnie du couple présidentiel, Madame Condoleeza Rice a procédé à l’inauguration d’un mémorial que les enfants des écoles devront impérativement visiter pour voir leurs études validées. Ces dernières seront d’ailleurs raccourcies à trois ans, ce qui permettra de réduire le nombre d’enseignants et livrera sur le marché du travail une main d’oeuvre apte à relancer la croissance sans attendre ce que Jacques Attali appelle « cette première vieillesse qu’est la puberté ». Ce dernier a félicité le président Sarkozy pour le nouvel élan qu’il a su insuffler à « une France décomplexée qui renoue avec ses belles racines humanistes ».

vercingetorix-noir.jpg

L’Histoire par les nuls… et pour les cons !

novembre 13, 2007

Je l’avais évoqué hier en passant, sans l’avoir l’avoir regardé attentivement. Un autre l’a fait pour moi. Un dénommé Néron, qui sévit sur Sub (s’agit-il de Pierre Damiens ? On y retrouve le style, le ton, la patte).

Tout est dit ! Enfin, beaucoup : l’essentiel.

Je lui laisse la parole.

———————————————————————————————————

J’ai écouté, dimanche, le discours de Sarkozy. Gesticulant et grimaçant, tentant vainement d’étirer sa silhouette de bossu, ce gnome a réussi à changer l’anniversaire de la victoire en une sinistre farce… Car, avec ce nain pathétique, tout finit invariablement dans le sordide, dans l’échec, la gabegie.

De sa voix nasillarde, insignifant sous l’Arc immense, le voici qui entreprend l’ambitieux résumé le l’histoire du XXe siècle ! Enchaînant les fariboles tragiques, il recompose le passé dans un non-sens magistral…

Ponctuant son récit de mimiques grotesques, il nous enseigne qu’en 1918, allemands et français sont des peuples frères, broyés par la machine belliciste et que la guerre est une monstrueuse ânerie. Si ce n’étaient quelques regrettables malentendus, on se serait volontiers embrassé dans les tranchées, cinq ans durant, perdus d’amour dans la bouillasse. Dont acte. S’ensuit une profession de foi pacifiste au lyrisme tapageur.

Mais voici que nous apprenons qu’au tournant des années 30, tout compte fait, les boches ne sont pas si fraternels… En fait ils sont la barbarie même, des ogres, des fous sanguinaires ! Du même coup, la guerre se pare des vertus de la justice. Et la boucherie devient belle, utile, salutaire. Tous au turbin ! Allons enfants ! Ne rechignez pas au sacrifice ! Tous comme Guy Môquet !!!

Allons bon… on ne comprend plus très bien ! Alors, la guerre, quand il s’agit de repousser le Fridolin à l’est du Rhin en 1914, c’est une ignominie. Mais quand il faut libérer Varsovie, et Volgograd en 44, pardon ! Quel art sublime, féerie phosphorée, feu d’artifice mégatonnique !

Si vous avez suivi jusque là que reste-t-il sur le tapis, au bilan, après le grand cataclysme? D’un côté des teutons déments, fanatiques, si dangereux qu’il faut couper leur pays en quatre, hérisser le Brandebourg de barbelés pour se prémunir contre leurs récidives meurtrières. De l’autre, des français dont on découvre qu’ils ont pactisé avec le diable… qu’ils sont, eux aussi, bien suspects, bien salopards, pas fiables pour deux sous.

La plus élémentaire logique voudrais qu’on disloque à jamais cette entreprise démoniaque, cette association de malfaiteurs continentale : la nébuleuse franco-germanique de sinistre mémoire ! Hé bien non !!! Notre petit maître reprend son laborieux exposé. La voici la merveille, la panacée, la solution finale du problème goy !!! Il faut faire l’Europe !!! Il faut à tout prix unir les tarés germaniques aux salauds gaulois. Quoi, ils ne veulent pas se mélanger ? Mais c’est marre ! Tombez frontières ! Par ici les beaux traités ! L’acier, l’atome, le charbon, les bagnoles et la boustifaille… tout doit fusionner sur fond d’Hymne à la Joie !

Là, notre Nicolas entre en transe ! Il file dans les tribunes, serre toutes les louches, baisouille à tout va ! On l’acclame, l’idolâtre, le touche, l’implore !!! Il n’est que paluches, clins d’œil et connivence ! Il entraîne derrière lui un essaim frénétique. Quand il se résout enfin à rentrer à l’Elysée, ce n’est que pour préparer son prochain bain de foule… De quoi parlera-t-il ? Des retraites, du travail, de l’immigration, de la culture ??? Qu’importe ! Quoiqu’il dise, il y aura toujours assez de cons pour l’écouter.