Posts Tagged ‘quelle rigolade’

Devoir de rentrée citoyenne

septembre 5, 2008

Reuters, rapportant les inscriptions de croix gammées dans un collège de l’Hérault – graffitis qui ont constitué (non, ce n’est pas une blague) « une sorte de crime contre l’humanité », dixit Xavier Darcos * – , nous rassure en nous apprenant que :

« Ce vendredi, les cours devraient avoir lieu normalement: les professeurs consacreront la journée à discuter avec les élèves sur le thème du racisme »

En exclusivité, voici un florilège des cours donnés ce jour :

Professeur de Français : « Vous êtes témoin d’actes de racisme commis par des néo-nazis en surnombre armés de pots de peinture. N’écoutant que votre courage, vous rédigez une lettre de dénonciation citoyenne à la Halde. Vous veillerez – oui, ça veut dire « mettre l’accent sur… », insister quoi – à décrire l’harmonie métissée qui régnait dans votre classe jusqu’à l’incident et la peine de vos petits camarades, Français comme vous ».

Professeur d’Histoire-Géo : « Jusque dans les années 1970-1980, la France était une nation raciste, repliée sur elle-même. Ses habitants avaient dénoncé tous les juifs durant la Guerre, quand la France était l’alliée de l’Allemagne Nazie. Grâce à l’immigration, qui n’avait jamais cessé depuis les origines dans cette terre de brassage multiculturel, la France a repris des couleurs… »

Professeur de Mathématique : « Sachant qu’il y a encore une église en France par village alors que beaucoup sont vides, sur la base de la durée de deux ans pour construire un bâtiment de cette taille, calculez combien de temps il faudra pour que tous les musulmans de la République Française aient enfin un lieu de culte auquel ils ont droit et qui les mettra à l’abri du racisme ».

Professeur d’EPS : « Aujourd’hui, nous allons faire un jeu : le premier groupe ce sont les racistes, et le deuxième, les anti-racistes. Les racistes, vous me faites quinze tour de la cour au pas de course en criant : « J’ai honte d’être raciste », suivi de cinq minutes aux espaliers, jambes tendues à 90°. Les anti-racistes, vous les surveillerez : ceux qui trébuchent ou baissent les jambes, vous leur ferez exécuter cinquante pompes ».

Professeur de Dessin : « Illustrez selon la technique de votre choix, mais de manière claire et immédiatement apréhensible, la supériorité du métissage sur le racisme. »

Professeur d’Education Civique : « Il existe en France des valeurs universelles qui sont celles des Droits de l’Homme héritées de la Franc-Ma… euh, des Lumières. Ces valeurs sont venues à bout de la tyrannie des Rois de France et la première d’entre elles est l’anti-racisme. Sortez vos cahiers et écrivez : le numéro vert de la Halde est le 08… »

Professeur d’Anglais : « My Pakistanese taylor is not as rich as racists say, though islam in Great-Britain… »

Professeur d’Espagnol : « ¡ Malas fascistas franquistas !… »

Professeur d’Allemand : « …Et c’est pourquoi, dans le cadre des échanges culturels, nous irons en car visiter et nous recueillir à Dachau, tandis que vos petits camarades de Düsseldorf viendront à Paris visiter le mémorial du martyre juif inconnu. »

Professeur de Musique : « Je devais vous faire écouter du Haydn, mais après les terribles événements dont notre collège à été la victime innocente, j’ai jugé préférable de vous faire écouter un griot malien accompagné au balafon qui va nous interpréter un slam inspiré d’ Amadou Hampâté Bâ ».

Crime – sexuel – contre l’humanité

—————————————————-

* A la suite de cette déclarations mémorable, le même à annoncé son intention de : « lutter avec davantage de fermeté contre les groupuscules d’extrême-droite qui s’attaquent de plus en plus ouvertement aux symboles de notre République ».

Ils avaient en plus dessiné des moustache à Marianne ? Saligauds !..

Timeo Hominem Unius Libri

juin 17, 2008

« Chef ! Venez voir, on a trouvé un livre… »

Le dernier mercredi de ce mois de mai, deux jeunes skinet ont été arrêtés dans une commune de l’Essonne, suite au mitraillage d’une cité à la Sten. Les impacts de balles retrouvés à hauteur d’homme laissent entendre qu’il s’agit d’un petit miracle s’il n’y a pas eu de blessés. Geste imbécile, s’il en est, que les auteurs auraient expliqué en réaction aux harcèlements de jeunes.

La moisisphère a bruit des discussions sur l’opportunité, la légitimité et la pertinence d’un tel acte. J’ai lu peu d’approbation de ce shoot’em up pour rire. Faute d’éléments, je me garderai bien d’en faire ; si vous y tenez, je considère cela couillon, dangereux et improductif.

Je constate toutefois que, pour isolé qu’il soit, « les enquêteurs n’excluent pas non plus la thèse d’un acte purement raciste, de la part de ces deux néonazis » (Le Parisien du 31/05/08 ) ; thèse toujours avancée à sens unique. Je constate également que l’enquête a été menée avec une diligence qui ne manquera pas d’étonner les naïfs pour une agression sans victimes. Je constate surtout que, à l’instar de l’inspection bibliophile menée récemment chez l’Unabomber français, postier de son état, trésorier, secrétaire général et membres au complet à lui tout seul de la FNAR, (lecteur de tonton Adolf et de l’oncle Vladimir Ilitch, ça a du faire tache dans le rapport) les rayonnages des first-person shooters ont été scrutés avec soin. La découverte de documentation nazie (sic) ayant évidemment été pain béni pour les enquêteurs.

Autre temps, autres mœurs ? Je ne sache pas que des ouvrages culinaires en nombre aient jamais été trouvés dans la cuisine d’Issei Sagawa, ni que cela eut pu un instant être envisagé comme élément à charge par un magistrat facétieux, bien que la relation de cause à effets eut été en ce cas plus manifeste. Pas plus, si je veux bien vous épargner des comparaisons tirées par les cheveux et rester sérieux cinq minutes, qu’on n’a su dans le détail ce que renfermaient les étagères de Richard Durn, mis à part un manuel de sanitation et son journal.

Il me semble bien, en revanche, que de la paperasses d’extrême-gauche avait été retrouvée au domicile squat des honeymoon killers français, Audry Maupin et Florence Rey, moins qu’on la leur ait mise sur le dos. Ou bien, en principe et toujours dans ce cas de figure, cela avait du être dans l’espoir y découvrir de lumineuses explications qui, plutôt que de les enfoncer, auraient constitué autant d’éléments à décharge. Étant tenu pour acquis que si la lecture du Petit Livre Rouge ou d’un tract trotskiste récupéré sur un marché lors d’une campagne municipale n’a jamais incité quiconque à faire du rodéo urbain en taxi, le simple fait d’avoir, même malencontreusement, téléchargé un pédéhèffe sur « adolfitlère.com » induit forcément le passage à l’acte du défouraillage à l’arme de collection sur une cité de banlieue.

Foin d’angélisme, les deux gugusses à poil ras n’étaient sans doute pas des poètes, ni non plus des résidents d’une paisible environnement où une erreur d’attribution de lot lors de la tombola de la kermesse paroissiale serait le seul incident susceptible de défrayer la chronique.

Quoi qu’il en soit, on savait que lire des livres était dangereux, on avait oublié que leur possession l’était encore plus. Merci du rappel. Amis liseurs, vous voilà prévenus et placés devant une alternative : vendez vos bouquins chez Gibert, ou attendez-vous à donner aux journalistes matière à étoffer un peu plus encore leur rapport de police article à chaque fois que vous serez impliqué d’une manière ou d’une autre dans un fait divers. Car si nous n’en sommes pas tout à fait à ce stade là, nous nous approchons à grand pas du moment où le moindre incident mettant en scène un concitoyen de souche sera relaté ainsi :

Hier soir, dans la tendre et joyeuse cité (*) de***, M. Marcel Dupont, 56 ans, demeurant au 4, cité Jean-Sébastien Bach, allée 3, escalier C, 9e étage, a violemment aspergé d’eau depuis son balcon une dizaine de jeunes qui profitaient de la fraîcheur du soir pour s’entraîner aux sports mécaniques.

Prévenu par les habitants de l’immeuble, la Police est intervenue pour calmer le forcené et lui confisquer sa bouteille de Cristalline. M. Marcel Dupont, employé à l’agence locale des assurances AXA, 3 boulevard de la République, ouvert du lundi au samedi de 9:00 à 17:30, a été immédiatement appréhendé.

Une fouille en règle du domicile de M. Dupont dont les trois enfants, Pierre, Anne et Jean, scolarisés au Lycée Nelson-Mandela, respectivement en classe de 6e2, 3e1 et Terminale S2, a permis de découvrir des DVD et de la littérature d’extrême-droite (La 317e Section, Français, si vous saviez, Voyage au bout de la nuit et un carnet de chant Scout).

Les dix jeunes victimes ont bénéficié d’une cellule de soutien psychologique.

Leur avocats, mandatés par le MRAP et la LICRA comptent porter plainte pour actes de violence raciste caractérisée.

Enfin, à toute chose malheur est bon, et l’avantage insigne que nous conserverons par rapport aux divers incendiaires de Vitry-le-François, c’est qu’on ne trouvera jamais chez eux autre chose que des magazines de télé, de full contact et de fesse. Pour le Coran, c’est même pas sûr.

————————————————————————–

(*) © Mélanchon (« la réalité tendre et douce dans laquelle nous vivons en banlieue… ») in. http://www.dailymotion.com/video/x5hjm1_melenchon-les-fumiers-du-groupe-jus_news poussant un coup de gueule contre le clip « Stress » du groupe Justice, chez FOG.

Comment dit-on « Vous n’avez rien à déclarer ? », en 117 langues ?

novembre 12, 2007

Hier, dimanche 11 novembre, le même jour où notre bon président à tous réécrivait l’histoire en nous expliquant que nos poilus étaient morts à Verdun pour Maastricht, les services douaniers de M. Muammar al-Khadafi ont refoulé 172 passagers français sur le tarmac de Sebha.

Faute d’informations supplémentaires, on ne peut que logiquement supposer qu’il ne s’agissait pas d’ingénieurs de chez Areva venus poser la première pierre de la centrale de désalinisation nucléaire offerte en contrepartie de la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien. Quoique, sait-on jamais, M. Khadafi a, par le passé, souvent fait montre d’un sens de l’humour très personnel.

La raison avancée, au motif d’une loi fraîchement votée, était que leurs passeports n’étaient pas traduits en arabe. Forts des multiples exemples de placards administratifs officiels rédigés en bilingue français-arabe, d’aucuns ne manqueront pas de prédire que ce n’est qu’une question de temps.

En attendant, puisqu’à toute chose malheur est bon, on se prendrait presque à espérer que ce précédent fasse des émules auprès des autres chefs d’état. Au désagrément d’un supplément de poids dans ses bagages à main avec un passeport pesant le poids d’un volume d’encyclopédie, nos compatriotes voyageurs auront la satisfaction d’avoir redonné toute son utilité à l’Imprimerie Nationale vendue 103 millions d’euros HT au roi de la vente par découpe, Carlyle, avant d’être rachetée 327 millions. Toujours HT.

————————

passport [ˈpaːspoːt] également : [pās’pôrt’, -pōrt’/ˈpæspɔrt, -poʊrt, ˈpɑs-/ pas-pawrt, -pohrt, pahs-]

a document of identification, necessary for foreign travel
Example: a British passport

Arabic: جَواز سَفَر
Chinese (Simplified): 护照
Chinese (Traditional): 護照
Czech: cestovní pas
Danish: pas
Dutch: paspoort
Estonian: pass
Finnish: passi
French: passeport
German: der Paß
Greek: διαβατήριο
Hungarian: útlevél
Icelandic: vegabréf
Indonesian: paspor
Italian: passaporto
Japanese: 旅券
Korean: 여권
Latvian: pase
Lithuanian: pasas
Norwegian: pass
Polish: paszport
Portuguese (Brazil): passaporte
Portuguese (Portugal): passaporte
Romanian: paşaport
Russian: паспорт
Slovak: pas
Slovenian: potni list
Spanish: pasaporte
Swedish: pass
Turkish: pasaport

c.1500, from M.Fr. passeport « authorization to pass through a port » to enter or leave a country (15c.), from passe, imper. of O.Fr. passer « to pass » + port « port. »

Kernerman English Multilingual Dictionary (Beta Version), © 2000-2006 K Dictionaries Ltd.