Posts Tagged ‘wonderful world’

Moins plus plus égale mieux

août 16, 2013

[Avertissement ! En raisons de cette foutue largeur de colonne incompressible inextensible, le résultat publié est infiniment moins séduisant que sur l’interface de rédaction. Navré. N’avez qu’à vous en prendre à qui vous voudrez : Hollande, Taubira, maître Vergès, les frères Muslmans ou les Chouifs…. En attendant, cliquez sur les images, elle sont mieux en grand]

Donc, disais-je, moins plus plus égale mieux.

Tenez par exemple…

Vous allez me dire que c’est vieux, toussa. Prenons plus récent, mais avec une donnée de départ encore plus difficile  :

ou encore :

Ça fonctionne.

En revanche, le résultat se gâte totalement quand on inverse les propositions ; ainsi plus plus moins égale moins que zéro… :

ou :

Merci à MeuCeu et Zemon

Publicités

De la révolution comme motif de papier peint

janvier 30, 2011

Au commencement était la « révolution des œillets » – que tout le monde a oublié ; c’étaient les ‘tougaiches.

Depuis, disons depuis l’Ukraine, ou la Géorgie, on a pris l’habitude de donner des noms de fleurs ou de couleur à chaque changement de régime à 180 ° s’opérant dans le monde.

Le départ précipité de Ben Ali ayant été baptisé du doux nom de révolution du jasmin, si Moubarak se tire, parlera-t-on de révolution du papyrus ?..

Contes ordinaires de la jeunesse

décembre 5, 2010

« Papa, je me suis fait dépouiller mon portable par des « Roumains ». Ils avaient environ dix-sept ans [plus âgés que lui] on n’a rien pu faire, il y avait de la neige plein la rue, ils sont arrivés par derrière et ils nous ont chuchoté dans l’oreille « Tou donne toun portable ou onnne té casse la tête ». J’avais cinq euros, je ne leur ai pas donné, mais le portable, ils avaient déjà commencé à nous palper les poches. Non, t’inquiète pas, à part ça ils ne m’ont rien fait. Le plus relou Ce qui m’énerve [rewriting… ], c’est que j’avais dit à mon copain de prendre un autre chemin, mais il a insisté pour qu’on prenne cette ruelle pourrie, dans laquelle il n’y avait personne… Pfff… Ça ne sert à rien de porter plainte, il s’en foutent… Bon, d’accord, si tu m’accompagnes. »

Brûle Babylone, brûle !

juin 15, 2010

[Un constat épique et enlevé signé Landru. ]

Tout est contaminé par un champignon fuligineux , tout est moisi , la France est malade jusqu’au coeur , de ses familles décomposées , de ses mômes camés , de ses commerces faillis , de ses rues taguées . Ce pays est devenu dégueulasse , les gens eux mêmes sont dégueulasses au propre comme au figuré , on se marche dessus , on se vole , demain on s’entretue . Une poubelle , une immense poubelle qui pue la mort , il faut ouvrir les yeux , les gamins se distribuent des coups de surin comme on se disait merde et pendant ce temps des tarés abolissent la fessée ! Putain de décalage , non ? On te verbalises pour une clope et à cent mètres ça deale de l’héro . Tu vas devant les tribunaux pour avoir écrit “tapette” et à coté on distribue des stages d’insertion à des cambrioleurs professionnels . Tout est faux , les chiffres officiels , les statistiques , les sondages , peut être même les élections , de toutes façons si c’est pas truqué en aval ça l’est en amont par la sidération médiatique . Les enfants des riches se barrent tandis que leurs pères expliquent aux chomeurs que tout va bien , il faut juste se serrer la ceinture . On distribue du pognon qu’on a pas , en prévision d’impôts sur des activités qu’on délocalise ou qu’on exécutent fiscalement . Il faut Bac plus cinq pour conduire un tram et les mecs qui le font se font pogromer tout en continuant à se syndiquer chez les défenseurs de leurs agresseurs . Partout des clodos , partout des visages hostiles , des flics aigris qui se vengent de leur ulcère , des ratamars improbables avec des gueules à enlever Pinocchio , des épouvantails d’un mètre vingt venus du fond des marais moldaves pour laver absolument ton pare-brises contre ta volonté , des poufs des antipodes qui godillent en dandinant tout en hurlant dans des portables , avec des derches immenses et qui poussent des brouettes de mômes qui te regardent étonnés avec l’air de se dire “qu’ est ce qu’il fout là celui-là ” , d’autres plus grands qui tiennent les trottoirs et qui te matent comme s’ils allaient te bouffer . Des barbus du douzième siècle en grosses cylindrés allemandes qui maitrisent la technologie . La télé qui gueule , avec les mêmes gueules , des clowns aux salaires de chirurgiens du cerveau , ce qu’ils sont d’ailleurs tant ils nous mangent la tête . Une vie de travail à deux pour avoir une boite à godasses en béton et huit mètres carrés de gazon . Des serpents de gens épuisés qui passent aux caisses avec des chariots de bouffe insipide au prix du platine , de la bidoche pleine d’eau mais égorgée rituellement , des tomates avec des gênes de souris , des sodas avec vingt sucres par verre , des patates qui clignotent quand elles ont soif ., de l’eau du robinet sous plastique , des yaourts qui guérissent du cancer .Adam et Eve qui regardent les clowns de la télé . Eve qui se fait avorter . Adam qui se fait métrosexuel . Caïn qui filme le meurtre d’ Abel avec son portable . Esaü qui bouffe des lentilles OGM et hydroponiques . Des fous qui restaurent la tour de Babel avec le sang des peuples comme mortier . La maison n’a plus ni portes ni fenêtres , ceux qui y vivent croient qu’elle est chauffée en fait c’est le toit qui brûle .

BRULE BABYLONE BRULE !

Ticket chic, ticket choc

novembre 3, 2009

 

 

[Une production frenchcarcan, le dialecticien audiovisuel qui casse des briques]

Bergen Bimbos

février 3, 2009

Aujourd’hui, petit exercice de photographie comparée.

J’entends d’ici les huuuuuurlements que pousserait le photographe de l’affiche du film si on lui mettait l’autre sous le nez avec un point d’interrogation.

Évidement que ce con, ou cette conne, n’y a pas pensé – n’est pas compositeur graphique de pochette d’album de techno nazi-pédée qui veut – c’était une « figure » qui traînait quelque part dans un coin de sa tête, tellement poussiéreuse qu’il en a oublié l’origine. Comme une pieta, une cène, un déjeuner sur l’herbe ou une place Tian-An-Men : une scène originelle dont le sens s’est perdu, devenue accessoire à force d’avoir trop servi.

Et encore, s’il les avait fait s’asseoir derrière une table, la productrice l’en aurait sans doute dissuadé, se remémorant un précédent source d’enquiquinements, sans trop bien se rappeler les motifs, il faudra qu’elle retrouve le numéro de Stratégies.

Bien que cela ne se fasse pas de penser à la place des gens, rien n’interdit de postuler que  cet artiste du sixième art ait eu envie de donner raison à la fois à Hitchcock qui aurait prétendu que les acteurs n’étaient que du bétail, et à d’autres qui estiment que les femmes ne sont que de la viande. Hypothèse gratuite, j’en conviens, avancée de la même manière qu’on peut aussi s’amuser, toutes proportions gardées (j’adore cette expression qui permet les pires horreurs et les à peu près les plus douteux…), à plaider les circonstances atténuantes à un serial killer. Encore que ce soit faire injure à cette corporation dont nombre de membres ont assumé leurs actes.

Notre époque amnésique pourtant obsédée de la Mémoire ™ aura donc permis la transmutation de charniers en composition glamour. Comme ça, gratuitement, sans même aucune intention de nuire, de choquer ou de susciter un éventuel débat sur la mort du cinéma français.

Et à mon avis, ce n’est pas fini…

bergen-bimbos

bergen-belsen

Légende :

en haut : tas de bimbos comédiennes semi anorexiques dont une enceinte posant pour le film « Le Bal des actrices », de Maïwenn. (Qui ?.. )

en bas : fosse commune de déportés à Bergen-Belsen, morts du typhus après leur libération par les Britanniques.

Gaza-Israël : extension du domaine de la lutte

janvier 11, 2009

Chez Desouche, BDS sous-titre ainsi sa vidéo :

Le PMF, ou parti des «musulmans de France**» , milite en faveur de la Palestine et résume sa position par un mot d’ordre simple : «une terre, un peuple». Une devise que nous approuvons sans restriction.


C’est certain, BDS, nous l’approuvons tous sans restriction. Pour ce qui nous concerne, du moins. Ensuite, chez les autres, c’est parfois et souvent fonction de leur histoire, et je ne pense pas qu’au Proche-Orient.

Mais comme il est pour le moment illusoire – encore qu’on puisse se demander pourquoi, comme si l’Histoire indiquait à l’avance les dates à saisir sur le calendrier – d’espérer une manifestation française sur le même mot d’ordre au sujet de son propre territoire, les commentaires qu’on pourrait être tentés de faire me feront l’effet d’un coussin glissé sous notre séant dans cette nouvelle caverne qu’on appelle internet.

Je ne crache pas dans la soupe, je suis un fervent spectateur et projectionniste de ce média, mais c’est un sentiment latent qui ne demandait qu’à s’exprimer à cette heure tardive.

Le fait est que commenter les championnats dans le reste du monde en s’engueulant sur des équipes étrangères, c’est une chose, constater que les matches débordent chez nous et qu’on n’a ni équipe, ni même possibilité de jouer à domicile, c’est usant à la longue.

Deux autres vidéos d’une semaine de téléfootoir :

Sur la première des Bobbies londoniens fuient devant des islamistes aggressifs et goguenards supporteurs de l’équipe Palestinienne, le 3 janvier 2009.

Sur la seconde, leurs alter ego « parisiens », manifestant pour le même prétexte – peut-on appeler ceci une cause. Même dans le sens de motif de leur envie de foutre la merde en crinat alaouaquebarre parce qu’ils ne savent rienfaire d’autre et que ça réchauffe de leur indignation courroucée ?  – saccagent la place de la République, hier samedi 10 janvier 2009. C’est plus courant, déjà.

Pour conclure sur cette analogie footbalistique, il semble aquis qu’il n’est de bon houliganisme qu’étranger, aux yeux de l’agglomérat de parasites cooptés qui nous tient lieu de gouvernement.

Addendum : plein d’autres jolies images animées ici.

Maths modernes et matières premières

mars 13, 2008

Sachant qu’un baril de pétrole brut dont le prix tourne autour de 100 $ contient grosso modo l’équivalent de 300 pintes et que le litre de super est servi 1,50 € à la pompe ; sachant d’autre part que le porc sur pied se négocie à à 1,20 € les deux livres et que le jambon en tranche se vend dans une fourchette de 20 à 40 € le kilo, il ressort, sur la base d’1 € à 1, 50 $,  que le jambon a un coût de fabrication 26 à 53  fois plus élevé que le litre de carburant après raffinage, pour un prix de matière première au départ égal à un peu moins du double.

Il y a certainement une morale à tirer de cela, je ne l’ai pas trouvée, et je m’en fous un peu. Mais ça fait quand même cher…

Comment dit-on « Vous n’avez rien à déclarer ? », en 117 langues ?

novembre 12, 2007

Hier, dimanche 11 novembre, le même jour où notre bon président à tous réécrivait l’histoire en nous expliquant que nos poilus étaient morts à Verdun pour Maastricht, les services douaniers de M. Muammar al-Khadafi ont refoulé 172 passagers français sur le tarmac de Sebha.

Faute d’informations supplémentaires, on ne peut que logiquement supposer qu’il ne s’agissait pas d’ingénieurs de chez Areva venus poser la première pierre de la centrale de désalinisation nucléaire offerte en contrepartie de la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien. Quoique, sait-on jamais, M. Khadafi a, par le passé, souvent fait montre d’un sens de l’humour très personnel.

La raison avancée, au motif d’une loi fraîchement votée, était que leurs passeports n’étaient pas traduits en arabe. Forts des multiples exemples de placards administratifs officiels rédigés en bilingue français-arabe, d’aucuns ne manqueront pas de prédire que ce n’est qu’une question de temps.

En attendant, puisqu’à toute chose malheur est bon, on se prendrait presque à espérer que ce précédent fasse des émules auprès des autres chefs d’état. Au désagrément d’un supplément de poids dans ses bagages à main avec un passeport pesant le poids d’un volume d’encyclopédie, nos compatriotes voyageurs auront la satisfaction d’avoir redonné toute son utilité à l’Imprimerie Nationale vendue 103 millions d’euros HT au roi de la vente par découpe, Carlyle, avant d’être rachetée 327 millions. Toujours HT.

————————

passport [ˈpaːspoːt] également : [pās’pôrt’, -pōrt’/ˈpæspɔrt, -poʊrt, ˈpɑs-/ pas-pawrt, -pohrt, pahs-]

a document of identification, necessary for foreign travel
Example: a British passport

Arabic: جَواز سَفَر
Chinese (Simplified): 护照
Chinese (Traditional): 護照
Czech: cestovní pas
Danish: pas
Dutch: paspoort
Estonian: pass
Finnish: passi
French: passeport
German: der Paß
Greek: διαβατήριο
Hungarian: útlevél
Icelandic: vegabréf
Indonesian: paspor
Italian: passaporto
Japanese: 旅券
Korean: 여권
Latvian: pase
Lithuanian: pasas
Norwegian: pass
Polish: paszport
Portuguese (Brazil): passaporte
Portuguese (Portugal): passaporte
Romanian: paşaport
Russian: паспорт
Slovak: pas
Slovenian: potni list
Spanish: pasaporte
Swedish: pass
Turkish: pasaport

c.1500, from M.Fr. passeport « authorization to pass through a port » to enter or leave a country (15c.), from passe, imper. of O.Fr. passer « to pass » + port « port. »

Kernerman English Multilingual Dictionary (Beta Version), © 2000-2006 K Dictionaries Ltd.

La Fwance, Monsieur. La Fwance !..

novembre 4, 2007

J’inaugure une nouvelle catégorie, J’aime beaucoup ce que vous faites, qui annonce sans détour la couleur. Encore et toujours du « recyclage », donc, mais celui des travaux de connaissances virtuelles *, cette fois, auteurs de post magnifiques, ciselés dans la haine la plus pure et trempés à l’ironie la plus aristocratique.

Ladies and gentlemen, may I introduce you, l’ami Piotr, aussi discret que talentueux.

—————————————————————————————————————-

Le Monde, via AFP, lundi 18 mars 2030.

M. Basile Boli, premier ministre du nouveau gouvernement présidé par Mme veuve Rachida Dati de Nagy-Bocsa, a instauré ce matin, de manière officielle, et en accord avec le gouvernement, les nouveaux symboles de la Ripouxblique Fwançaise. Selon lui, cette nouvelle Mawianne, en habit traditionnel, reflète mieux les racines multiethniques pluri-millénaires de la Fwance, mais aussi la diversité et le dynamisme des forces vives de notre pays. Elle représente l’attachement viscéral du peuple de Fwance à ses coutumes ancestrales. M.Boli a explicité ainsi la nouvelle devise, dans un discours qui a marqué les esprits et qui restera historique : « La Libewté – ou plus précisément, le libéralisme – est garant de la Divewsité, le tout dans la Festivité ».
Wépublique Fwançaise

Cette décision fait partie d’une série de mesures d’apaisement suite aux récentes truculences en région Parisienne, ayant notamment occasionné la dégradation de nombreuses stations Vélib, l’incendie de la nouvelle MJC « Aimé Césaire », ainsi que la destruction de la basilique de Saint-Denis.Des jeunes en difficulté ont été interpelés, qui disent avoir provoqué ces incidents « par jeu », car ne se reconnaissant pas dans un gouvernement où il reste, selon eux, encore « trop de souchiens ».

Réaction légitime que le gouvernement, par l’entremise du Ministre de l’Éducation Post-Coloniale Mme Houria Bouteldja, compte toutefois apaiser. Elle a notamment déclaré, hier, lors d’une allocution vivement applaudie à l’Assemblée Nationale : « La tyrannie coloniale encore persistante aujourd’hui envers les minorités, ainsi que le paternalisme arrogant d’une certaine frange de la population ne sont plus acceptables. Les exactions de ces derniers jours, minimes et démesurément amplifiées par la presse ne sont que justice. Après tout, il n’y a pas eu mort d’homme, seules quelques dégradations sur du mobilier urbain de toute façon obsolète. Il n’y a pas là de quoi faire un plat, quand on voit en comparaison les ravages provoqués par l’esclavage et la colonisation. Les programmes sur ces sujets seront d’ailleurs renforcés, passant de 10 à 15 heures par semaine, quitte à empiéter sur les cours d’art urbain s’il le faut. « 

Selon Mme Fadela Amara, Ministre de l’Intérieur, des contrôles ADN devraient être mis en place, en concertation avec la Halde, afin de repérer les individus potentiellement hostiles au nouveau Plan de Métissage. Ces réfractaires refusant d’accueillir chez eux des sans-papiers pour y fonder une famille sont en effet, selon elle, les principales menaces à l’intégration des 10 millions d’entrants annuels, et les principaux créateurs de tension sociale.
Mme Marine le Pen, présidente de « Gars Alités & Vrais Cons : Soumission » s’est, à ce sujet, fait remarquer une fois de plus par sa xénophobie, déclarant que : « Les chinois n’ont rien à faire en Fwance, car si nos racines sont autant chrétiennes que musulmanes, elles ne sauraient être, en aucun cas, taoïstes. Même si je n’ai rien contre le nouveau Plan de Métissage, qui renforcera notre Idéal Ripouxblicain™, cet afflux oriental me semble une menace pour notre identité. »

Par ailleurs, de nouveaux budgets seront prochainement débloqués pour les banlieues. En particulier pour les nombreuses associations de quartier qui œuvrent chaque jour sur le terrain, notamment pour faciliter l’économie souterraine, source de richesse et d’emploi.
Aucune peine ne sera requise contre les perpétrateurs des incidents, reçus ce matin par M.Boli à l’Élysée Montmartre. Le président leur a présenté solennellement les nouveaux attributs de la Ripouxblique. Les jeunes se sont dits satisfaits à l’annonce de la construction d’un vaste espace culturel regroupant mosquée, studio d’enregistrement, stand de tir et halls sans immeubles, à l’emplacement laissé libre par la triste ex-basilique, dont les ruines sont d’ores et déjà – et c’est un soulagement – en cours de déblaiement.
Un nouveau départ qui ne manquera pas de faire remonter M.Boli et son gouvernement dans les sondages.

———————————————————————————————————

(*) Fréquentant les mêmes fora, on ne s’est jamais rencontré pour la plupart mais on a su établir au fil des ans une relation d’estime réciproque sur la base d’opinions communes, mais aussi d’un même regard sur notre espace-temps.

Le fait est que, venant d’horizons sociaux différents, l’on s’est aperçu que l’on avait beaucoup plus en commun et de choses à se dire, même dans le silence, que la masse croissante des jeunes cons abonnés à myspace secondlife facebook qui passent leur journées à pêcher au chalut d’anciennes et oubliées relations de bahut ou de soirée dans le but de meubler leur journées à coups d’échanges d’indications vaines sur leur état psychologique du moment, réactivées tous les quart d’heure.

Ce serait d’une banalité à faire peur, ne serait-ce cette conviction partagée que si tout n’est pas irrémédiablement foutu, savoir qu’on se rapproche à grand pas de la mise à plat du problème et, qu’à tout le moins, on est sérieusement dans la merde, nous donne une longueur d’avance. Éventuellement, le temps de nous préparer.

Certitude qui nous distingue sans équivoque de cette autre génération perdue – celle qui n’en a évidement pas conscience – dont l’acmé des relations dans la caverne est de pouvoir échanger en ligne des photos de vacances ou de beuveries de bar avec tous ses amis.

Le jour où le courant sera coupé, ceux-là saisiront leur portable pour demander par textos à leur amis « keski spass avek free ? ».

Ces cons ne se seront pas aperçus que c’est leur rue qui crame…